26 Octobre 2016

Afrique: Colère contre la CPI - Après le Burundi et l'Afrique du Sud, la Gambie annonce son retrait de la juridiction

Photo: CPI/Max Koot
Le siège de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye.

Alger — La série de retraits, du côté africain, de la Cour pénale internationale (CPI) se poursuit à travers la décision de trois pays du continent de rompre le lien avec cette instance, estimant que seuls les pays africains sont accusés et condamnés par cette instance qui jusque-là a épargné les Occidentaux.

Ainsi, après le Burundi et l'Afrique du Sud, c'est au tour de la Gambie de quitter cette juridiction internationale, souvent critiquée durant ces dernières années par les Africains, qui lui reprochent son "impartialité".

"A partir du 25 octobre, nous sommes plus membres de la CPI et avons entamé le processus prescrit par le Statut de Rome (traité fondateur) pour nous en retirer", a annoncé mardi soir le ministre gambien de l'Information, Sheriff Bojang.

M. Bojang a accusé la CPI de "persécution envers les Africains, en particulier leurs dirigeants", alors que, selon lui, "au moins 30 pays occidentaux ont commis des crimes de guerre" depuis la création de cette juridiction.

Au Burundi, le premier pays à ouvrir le bal, les Parlementaires burundais avaient voté le 13 octobre à une écrasante majorité le retrait du pays de la CPI. L'Afrique du Sud, deuxième pays à prendre cette décision, a envoyé un avis de retrait de cette Cour au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Aussitôt avisé, M. Ban a appelé l'Afrique du Sud à "reconsidérer sa décision avant que son retrait ne prenne effet", un an après la notification adressée au secrétaire général de l'ONU, qui en est le dépositaire.

M. Ban a rappelé, dans la foulée, le rôle important joué par l'Afrique du Sud dans la mise en place de la CPI, y compris en tant que l'un des premiers signataires du Statut de Rome".

Outre Bujumbura, Pretoria et Banjul, d'autres pays africains semblent être sur la même logique. A l'initiative du Président kényan, Uhuru Kenyatta, nombre de pays avaient exprimé à l'occasion du 26e sommet de l'Union africaine (UA) à Addis Abeba, leur volonté de se retirer de la CPI.

Les poursuites engagées à l'encontre des Présidents Omar El-Bachir du Soudan (encore sous mandat d'arrêt international) et contre l'ivoirien Laurent Gbagbo (qui est jugé actuellement par la CPI), sont entre autres les motivations du Kenya.

"Je leur (les pays tentés par la procédure) dis qu'il y a un lieu pour débattre des questions de la CPI. C'est l'Assemblée des Etats parties", a déclaré récemment le président de l'Assemblée des Etats Parties au Statut de Rome de la Cour pénale internationale, Sidiki Kaba, également ministre sénégalais de la Justice.

L'Assemblée des Etats Parties au Statut de Rome doit tenir sa quinzième session à La Haye, au Pays-Bas, du 16 au 24 novembre 2016. "Là-bas on peut discuter de toutes les question pour trouver un consensus dynamique", a noté M. Kaba.

Dans un communiqué de presse publié samedi dernier, M. Kaba a indiqué "craindre" que ce troublant signal n'ouvre la voie à une cascade de retraits d'Etats africains du Statut de Rome.

Acharnement sur les Pays africains

Le président tchadien Idriss Déby, président en exercice de l'Union africaine (UA), depuis février 2016, était revenu, à l'issue du 26e de l'UA, sur la position de l'organisation panafricaine vis-à-vis de la CPI.

"La CPI s'acharne beaucoup sur l'Afrique, sur les chefs d'Etats africains, même des chefs d'Etats en exercice, des hommes aussi politiques, alors qu'ailleurs dans le monde beaucoup de choses se passent, beaucoup de violations des droits de l'homme flagrantes- je dis bien flagrantes, mais personne n'est inquiété", a-t-il jugé.

Son prédécesseur à, le président zimbabwéen Robert Mugabe, avait également menacé de se retirer de la CPI, l'accusant d'être "injuste" à l'égard des Etats africains.

Par ailleurs, le président de l'Assemblée des Etats parties au traité fondateur de la CPI avait dit, "si chaque Etat jugeait les crimes énoncés (relevant de sa compétence, NDLR), la CPI serait moins sollicitée, aurait moins de travail. Ainsi, l'Afrique jugerait les Africains sur le continent", a-t-il poursuivi.

A ce jour, la CPI a ouvert une procédure d'enquête dans sept pays, tous en Afrique, dont l'Ouganda, la République démocratique du Congo (RDC), la Centrafrique, le Soudan, le Kenya, la Côte d'Ivoire, le Mali et la Libye.

La Cour a mis en accusation seize personnes. Le premier procès de la CPI, celui du Congolais Thomas Lubanga pour crimes de guerre, a commencé le 26 janvier 2009. Le 14 mars 2012, ce dernier a été reconnu coupable de crimes de guerre. C'est le premier jugement de la Cour pénale internationale.

Le Statut de Rome a été adopté en juillet 1998 à Rome en Italie lors d'une conférence diplomatique des plénipotentiaires des Nations unies, dite conférence de Rome,

A ce jour, 124 pays sont Etats Parties au Statut de Rome de la CPI.

En savoir plus

La polémique enfle sur le retrait annoncé de la CPI

En Afrique du Sud, la décision de se retirer de la CPI continue de faire des vagues dans le pays. Vendredi… Plus »

Copyright © 2016 Algerie Presse Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.