11 Novembre 2016

Kenya: Retrait des troupes kenyannes du Soudan du sud - Un mauvais signal

Photo: Photo ONU/JC McIlwaine
La Représentante spéciale du Secrétaire général et Chef de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), Ellen Margrethe Løj, s’exprimant devant le Conseil de sécurité.

Le retrait des troupes kenyanes du contingent des Casques bleus de la Mission des Nations unies au Soudan du sud (MINUSS) est un mauvais signal puisqu'il assombrit davantage le climat politique et social dans ce pays.

On sait que le départ de ces troupes est consécutif au limogeage du commandant de la MINUSS, le général kenyan Johnson Mogoa Kimini Ondieki. C'est à la suite d'une enquête de l'Organisation des Nations unies(ONU), mettant en cause les Casques bleus accusés d' avoir réagi de manière «chaotique et inefficace» lors des affrontements de juillet dernier entre les forces du président Salva Kiir et celles du chef rebelle et ancien vice-président, Riek Machar. Loin de baisser, la tension générée par ces affrontements perdure et compromet la mise en œuvre du 8e accord de paix du mois d'août 2015. Signé par Salva Kiir et Riek Machar sous l'égide de l'ONU. Cet accord prévoyait notamment la fin des hostilités, la reconduction de Riek Machar dans ses fonctions de vice-président de la République ainsi que la formation d'un gouvernement d'union nationale.

A l'issue des affrontements de juillet dernier, l'ancien vice-président et chef rebelle Riek Machar s'est exilé avec 755 combattants. Depuis son exil, Riek Machar n'a pas renoncé au combat. Le 17 octobre dernier, de nouveaux affrontements ayant opposé ses troupes à celles de Salva Kiir se sont soldés par 60 morts, amplifiant ainsi l'insécurité au sein de ce pays déchiré depuis le déclenchement de la guerre civile du 15 décembre 2013. La tension qui demeure vive entre les troupes de Salva Kiir et celles de Riek Machar semble s'étendre au niveau des populations. Ces violences récurrentes ont poussé plus d'un million de Soudanais du sud à trouver refuge hors de leur pays. Au même moment, la sécheresse et la famine sévissent au nord du pays. On comprend donc pourquoi les responsables des églises chrétiennes, qui ont été reçus récemment au Vatican par le pape François, ont demandé de mettre fin à cette tragédie.

En savoir plus

Les réfugiés sud-soudanais chaque jour plus nombreux

Au Soudan du Sud, la reprise du conflit entre Riek Machar et Salva Kiir en juillet continue de faire rage, créant… Plus »

Copyright © 2016 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.