17 Novembre 2016

Afrique: Marrakech - La restauration de la Grande Muraille verte en Afrique développera la résilience face au changement climatique, selon la FAO

L'Organisation des Nations Unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) a présenté mercredi à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), à Marrakech, une carte innovante relative aux possibilités de restauration de la Grande Muraille d'Afrique.

Cette carte se base sur la collecte et l'analyse d'informations essentielles sur l'utilisation des terres dans les zones arides d'Afrique en vue d'accroître la résilience des populations et des écosystèmes face au changement climatique.

«La Grande Muraille Verte est le programme phare de l'Afrique pour lutter contre les effets du changement climatique et la désertification», a déclaré le Directeur de la Division des terres et des eaux de la FAO, Eduardo Mansur, qui présentait la carte à la COP22.

«Les premiers résultats de cette initiative montrent que les terres dégradées peuvent être restaurées, mais ces réalisations ne tiennent pas la comparaison avec ce qui est nécessaire», a-t-il ajouté lors d'un événement de haut niveau au Pavillon de l'Union africaine intitulé «Paysages résilients dans les zones arides d'Afrique: opportunités et renforcement des engagements».

M. Mansur s'est félicité du nouvel outil d'évaluation qui a permis l'élaboration de cette carte, le qualifiant d'instrument vital offrant des informations essentielles pour appréhender la vraie dimension des besoins de restauration dans les vastes étendues de terres arides en Afrique du Nord, au Sahel et dans la Corne de l'Afrique.

Sur la base des données recueillies sur les arbres, les forêts et l'utilisation des terres dans le cadre de l' Evaluation mondiale des terres arides effectuée par la FAO et ses partenaires en 2015-2016, on estime que 166 millions d'hectares de la Grande Muraille verte présentent des possibilités de restauration.

Le cœur de la Grande Muraille Verte couvre les zones arides et semi-arides au nord et au sud du Sahara, soit 780 millions d'hectares, et abrite 232 millions de personnes. Pour stopper et inverser la dégradation des terres, quelque 10 millions d'hectares devront être restaurés chaque année, selon l'évaluation. Ceci constituera une contribution majeure à l'effort déployé pour atteindre d'ici à 2030 les Objectifs de développement durable (ODD).

Les données ont été obtenues en analysant 63.000 parcelles d'échantillonnage d'un demi-hectare réparties sur les zones arides de l'Afrique du Nord, du Sahel et de la Corne de l'Afrique, analyse effectuée grâce à l'outil Open Foris Collect Earth de la FAO et des images satellitaires à très haute résolution de Google Earth Engine et Bing Maps. La collecte des données est le fruit de la collaboration entre l'Union africaine, le Centre régional CILSS / AGRHYMET, la Direction générale des forêts de Tunisie, l'Université d'Addis-Abeba (Ethiopie), la FAO, Google et l'Institut des ressources mondiales.

Une grande mosaïque verte

Selon les experts, la restauration nécessitera un vaste éventail d'approches qui permettront de conférer à l'initiative Grande Muraille Verte toute sa dimension et créer ainsi une grande mosaïque d'écosystèmes verts et productifs en Afrique du Nord, au Sahel et dans la Corne de l'Afrique.

A cet effet, une attention particulière sera accordée à la régénération naturelle qui offre aux agriculteurs la possibilité de protéger et gérer harmonieusement les ressources naturelles notamment les forêts, les terres cultivées et les prairies.

Là où la dégradation est plus importante, il faudra préparer les terres sur une grande échelle, enrichir les sols par des plantations, disposer de semences et de plants de haute qualité et impliquer les communautés locales dans la sélection des espèces indigènes à utiliser.

Plus près du désert, l'ensablement sera combattu en plantant et protégeant la végétation boisée et herbacée indigène la plus adaptée et en assurant la gestion durable des oasis.

Autre élément: le développement de chaînes de valeur intégrées bénéficiant à la fois aux pays et aux communautés locales permettrait à l'initiative Grande Muraille Verte de changer la donne sur le continent africain en transformant la vie de millions de personnes dans les zones arides.

L'établissement de la carte des zones arides a été rendu possible grâce au soutien d'Action contre la désertification, une initiative du Groupe des Etats d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique en appui à l'initiative Grande Muraille Verte. Elle a tout aussi bien bénéficié, dans le cadre de la Convention cadre des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, des plans d'action nationaux de lutte contre la désertification et les terres dégradées en Afrique, dans les Caraïbes et dans le Pacifique, mis en œuvre par la FAO et ses partenaires grâce à un financement de l'Union européenne procuré par le 10ème Fonds européen de développement.

Afrique

Afrobasket dames - Les Lionnes devant la Guinée avec 36 points d'écart à la mi-temps

L'équipe nationale féminine a dominé ce vendredi la première période de son match… Plus »

Copyright © 2016 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.