17 Novembre 2016

Cameroun: COP 22 - L'effet Trump

Les positions du n président élu des Etats-Unis inquiètent les observateurs, au moment où l'Accord de Paris entre dans une nouvelle dynamique.

Donald Trump va-t-il tenir sa promesse électorale de retirer son pays de l'Accord de Paris? Le président élu des Etats-Unis sera-t-il un frein dans la lutte contre les changements climatiques, au regard de ses positions «climato-sceptiques»? Voilà quelques-unes des questions que se posent les observateurs, au moment où se tient la Conférence sur le climat à Marrakech. Dans les travées du village de la COP 22 à Bab Ighli, le sujet alimente les conversations. Le nom de Donald Trump est sur toutes les lèvres. Même si peu de personnes le prononcent, il est dans tous les esprits. Lors d'une conférence de presse précédant le sommet des chefs d'État de la COP22 mardi dernier, le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies, Ban Ki-moon, n'a pu échapper aux interrogations des journalistes sur la question. S'il s'est voulu confiant, Ban Ki-moon a engagé les pays réunis au Maroc à poursuivre sans faillir la lutte contre le réchauffement climatique et fait part de son espoir que Donald Trump comprenne l'urgence de la situation.

Pour le secrétaire général des Nations unies, le mouvement est engagé. Une lutte conjointe des pays du monde qui, encore impensable à cette échelle, il y a quelques années, ne peut plus être stoppée. Ban Ki-moon a ainsi rappelé que l'Accord de Paris était entré très rapidement en vigueur, le 4 novembre 2016, moins d'un an après la COP21 à Paris. Adopté par les 196 Parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en décembre 2015 à Paris, l'Accord appelle les Etats à lutter contre le changement climatique en visant une limitation de la hausse de la température mondiale en dessous de 2 degrés Celsius. Actuellement, 109 pays ont adhéré à l'Accord de Paris et Ban Ki-moon a exhorté tous les autres à le ratifier dès que possible. Il a également demandé avec insistance, à tous les pays d'augmenter le niveau d'ambition de leurs plans climatiques nationaux au cours des deux prochaines années. Cependant lors de sa campagne électorale, Donald Trump avait promis d'annuler l'Accord de Paris.

Lors d'une conférence de presse lundi dernier à Marrakech, Jonathan Pershing, envoyé spécial des Etats-Unis pour le changement climatique, a indiqué qu'il ne pouvait pas parler de l'équipe du président élu ni de leur vision de la politique climatique internationale. On a ainsi appris que l'équipe des États-Unis a passé une série de consultations pour déterminer la formule des divers groupes de travail et initiatives lancés par l'Accord de Paris; que le pays est concentré sur le travail visant à étoffer le système de transparence, fondement de cet accord, etc. Du côté de la zone verte du village de la COP 22 où l'on retrouve la société civile, le fait que les Etats-Unis soient représentés au Maroc par une «équipe de haut niveau», l'une des plus fournies des délégations présentes, avec notamment le secrétaire américain à l'Énergie, Ernest Moniz, qui a travaillé sur le déploiement de l'énergie propre, et le secrétaire d'Etat John Kerry, en plus de Jonathan Pershing, est «un signe positif pour le climat».

Cameroun

Téléphonie mobile - Paul Biya n'a toujours pas approuvé les concessions d'Orange et de MTN

Deux ans et demi après leur signature, les contrats d'exploitation de la téléphonie mobile au… Plus »

Copyright © 2016 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.