21 Novembre 2016

Afrique: COP 22 - Les leçons de Marakech

La conférence sur le climat s'est achevée vendredi dernier au Maroc, sur de bonnes résolutions.

Après Marrakech, les regards sont désormais tournés vers Bonn en Allemagne, où aura lieu en 2017, la 23e Conférence des parties à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), organisée par les Iles Fidji. Exceptionnellement, l'évènement a été délocalisé en Europe, à cause des faibles capacités logistiques de cet Etat du pacifique. C'est la première fois qu'un Etat insulaire va organiser la conférence sur le climat. Ses territoires sont, en effet, particulièrement exposés aux conséquences des changements climatiques, comme la hausse du niveau des océans.

Les Iles Fidji auront la responsabilité de poursuivre la dynamique entamée à Marrakech, dans la mise en œuvre de l'Accord de Paris. La COP 22, tenue du 7 au 18 novembre a, selon un communiqué du Cabinet Royal, connu « un franc succès qui honore le Maroc et consolide la confiance et la crédibilité dont jouit le Royaume au niveau international ».

Dans « La proclamation de Marrakech pour l'action pour notre climat et le développement durable », les Etats participants se sont engagés à perpétuer l'élan pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et à encourager les efforts en matière d'adaptation. Pour le président de la COP 22, M. Salaheddine Mezouar, la conférence a véritablement été une « COP de l'action ».

Sur le plan financier, Hakima El Haité, «Championne marocaine pour le climat» a noté des avancées pour venir à bout de la problématique des investissements climatiques. Au sujet de l'engagement des 100 milliards de dollars à mobiliser d'ici à 2020, elle a affirmé que ce montant, alimenté à 67% par des fonds publics, sera dépassé à terme. Et le comité de pilotage de la COP 22 a tenu à garantir la priorité aux pays en développement, vulnérables aux impacts du réchauffement climatique. « 2017 doit être l'année des projets de grande envergure, de la mobilisation des financements et de l'accès aux services financiers nécessaires à l'adaptation», a affirmé Salaheddine Mezouar.

Les acteurs non-étatiques et les gouvernements se sont aussi associés pour stimuler l'action climatique à travers quelques initiatives. Notamment, le Fonds d'investissement de Marrakech pour l'adaptation (MICA), un fonds de financement mixte de 500 millions de dollars (plus de 250 milliards de F), combinant des financements concessionnels et des investissements privés ; le Fonds pour l'environnement mondial qui regroupe 47 projets approuvés, totalisant 390 millions de dollars pour l'atténuation et mobilisant près de quatre milliards de dollars.

Pour l'adaptation, il y a un total de 87 millions de dollars pour 13 projets; le Plan européen d'investissement extérieur, destiné à encourager les investissements en Afrique et dans le voisinage de l'Union européenne pour renforcer les partenariats et atteindre les Objectifs de développement durable qui devrait entraîner un investissement régional public et privé allant jusqu'à 44 milliards d'euros d'ici 2020.

Cameroun

Anglophone - Nouveaux combats meurtriers entre armée et séparatistes

De nouveaux affrontements ont éclaté entre des militaires et des assaillants présentés comme… Plus »

Copyright © 2016 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.