2 Décembre 2016

Burkina Faso: Le plan ambitieux du pays pour lutter contre la pauvreté

Après l'insurrection populaire qui a mis fin à 24 ans de règne de Blaise Compaoré en 2014, place à «l'insurrection contre la pauvreté». C'est en tout cas le mot d'ordre des autorités burkinabè qui ont lancé cette année le Plan national de développement économique et social. Prévu pour s'étendre sur quatre ans, le PNDES se fixe pour objectif de transformer structurellement l'économie burkinabè afin de lutter plus durablement contre la pauvreté qui touche encore 40% de la population. La semaine prochaine doit se tenir à Paris une conférence des partenaires pour financer ce programme ambitieux, dont le coût est estimé à 23,5 milliards d'euros.

Le défi de la lutte contre la pauvreté reste immense au Burkina : les infrastructures, dans tous les domaines, travail, santé, éducation, transports, sont défaillantes. Voilà pourquoi le plan initié par les autorités burkinabè en 2016 est ambitieux.

Il s'appuie sur le programme « La vision Burkina 2025 » du président Roch Marc Christian Kaboré et sur les agendas internationaux de développement durable.

Ce plan prévoit de réformer l'administration pour améliorer la gouvernance, renforcer le capital humain en facilitant l'accès des femmes et des jeunes à l'emploi. Adapter l'offre de formation et dynamiser les secteurs porteurs pour l'économie et l'emploi en les modernisant : l'agriculture bien entendu qui contribue à hauteur de 40% au PIB, mais aussi les industries de transformation et les services.

Un programme coûteux

Pour atteindre ses objectifs, le gouvernement a besoin de 23,5 milliards d'euros. Quinze seront financés par l'Etat burkinabè. Le reste, soit 8,5 milliards d'euros, doit être couvert par l'épargne nationale, des emprunts obligataires et la participation des bailleurs de fonds.

Les partenaires techniques et financiers se sont donné rendez-vous le 7 décembre à Paris sous l'égide de la Banque mondiale. Le lendemain, ce sera au tour du secteur privé de rencontrer le gouvernement burkinabè. Car une partie du plan de développement s'appuie sur des partenariats public-privé.

Burkina Faso

Meeting du CED - Pascal Zaïda arrêté par les forces de sécurité

«Nous allons tenir le meeting de veille citoyenne ce 21 octobre avec ou sans autorisation», annonçait… Plus »

Copyright © 2016 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.