8 Décembre 2016
Content from our Premium Partner

African Media Agency (Dubai)

Le pays dépasse largement ses objectifs de financement pour son plan de développement

communiqué de presse

 Le Président, son Excellence Roch Marc Christian Kaboré, et le gouvernement du Burkina Faso, sont parvenus à mobiliser environ 28 milliards d'euros (soit 18 500 milliards de francs CFA) dans le cadre de la conférence des partenaires pour le financement du PNDES.

Plus de 350 personnes ont assisté à la première journée de la conférence pour le financement du programme national de développement économique et social (PNDES 2016-2020) qui a réuni ce mercredi 7 décembre à Paris l'ensemble de ses partenaires techniques et financiers.

Lors de cet événement organisé par le gouvernement burkinabè avec l'appui de la Banque mondiale, les partenaires ont réaffirmé leur confiance dans le pays et se sont pleinement engagés à soutenir le gouvernement dans la mise en œuvre du PNDES dont ils ont souligné la pertinence.

Les partenaires du secteur public ont annoncé un montant de 12,2 milliards d'euros (soit 8 000 milliards de francs CFA).

Plus de 800 investisseurs venus du monde entier participent à la seconde journée consacrée au secteur privé, ce jeudi 8 décembre. 80 projets structurants ont été présentés aux opérateurs économiques.

Des intentions de financement d'un montant d'environ 16 milliards d'euros (soit 10 500 milliards de francs CFA) ont été annoncées dans les secteurs de l'énergie, des infrastructures, des TICs, etc.

L'Etat finance à hauteur de 15 milliards d'euros la mise en oeuvre du PNDES dont le coût global est évalué à près de 23,5 milliards d'euros (soit 15 395 milliards de francs CFA). Un financement complémentaire de 8,5 milliards d'euros, soit 5 570 milliards de francs CFA, était requis.

Élaboré à l'issue d'un processus participatif et inclusif, le PNDES est le cadre d'orientation du développement économique et social du Burkina Faso pour la période 2016-2020, fondé sur le programme présidentiel, la vision Burkina 2025 et les agendas internationaux de développement durable.

Le Président Roch Marc Christian Kaboré a déclaré lors de la cérémonie d'ouverture "votre mobilisation témoigne de l'engagement de la communauté des partenaires du Burkina Faso à soutenir continûment les efforts que déploie le Gouvernement pour assurer un mieux-être aux populations burkinabè.

Merci pour votre participation effective, signe de votre intérêt pour le développement de mon pays".

Le Premier Ministre Paul Kaba Thiéba a déclaré "J'ai souhaité que cette conférence soit un cadre de partenariat, un cadre d'engagements réciproques et un partenariat nouveau pour mettre notre pays sur un sentier de croissance durable et fort. Je souhaite que ce qui a été fait aujourd'hui soit le début d'un partenariat plus solide."

Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour l'Afrique a déclaré : "Le Groupe de la Banque mondiale, premier partenaire du Burkina, a mobilisé un financement de 3,8 milliards de dollars pour accompagner la mise en œuvre du plan national de développement.

Ce montant exceptionnel est à la hauteur de l'ambition affichée par les autorités d'engager des réformes en profondeur qui permettront de poursuivre la diversification de l'économie et de créer des emplois en faveur des jeunes et des femmes."

Extraits d'interventions

Matthias Fekl, Secrétaire d'État chargé du Commerce extérieur de la promotion du Tourisme et des Français de l'étranger : "Le PNDES apporte les bonnes réponses aux défis immédiats et à plus long terme, sur les questions d'environnement ou d'urbanisation."

Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie : "C'est une conférence qui marquera le départ du nouveau Faso [... ] Le Burkina Faso ne vient pas les mains vides mais avec un Plan solide et crédible."

Andrew Young, ambassadeur des États-Unis au Burkina Faso : "Now more than ever, Burkina Faso is open for business." Marcel De Souza, président de la Commission de la CEDEAO a souligné "l'effort remarquable de financement de la part du Burkina Faso .Je reste convaincu que l'environnement des affaires est propice aux investissements."

Tosi Mpanu-Mpanu, administrateur du Fonds vert de l'ONU : "Le Burkina Faso devrait servir d'exemple aux autres pays de la sous-région. Il ne se présente pas en victime du réchauffement climatique et veut transformer les contraintes en opportunités."

Metsi Makhetha, coordinatrice du Système Nations Unies au Burkina Faso, a déclaré : "Pour la première fois dans l'histoire des Nations Unies, le Burkina Faso est choisi comme pays pilote pour « sustaining peace ».

Le Burkina Faso a démontré sa capacité à protéger sa démocratie, sa capacité à vouloir créer les conditions afin que le PNDES soit mis en œuvre dans un cadre de dialogue social. C'est en cela que le terme de sustaining peace trouve sa raison d'être."

Copyright © 2016 African Media Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.