16 Décembre 2016

Afrique: 50 ans de liberté d'association - Le droit est solidement ancré en Afrique, quoique loin d'être absolu

communiqué de presse

Accra, Ghana — Un nouveau rapport d'Afrobaromètre révèle qu'un demi-siècle après que les Nations Unies aient établi formellement les droits de réunion et d'association, huit sur 10 Africains se sentent tout au moins « assez libres » de se joindre à toute organisation politique de leur choix.

Mais malgré cette bonne nouvelle, des défis importants subsistent: Seulement 21 sur 36 pays affichent des majorités qui se sentent « entièrement libres » de s'associer, et certains pays ont connu une forte chute de la liberté perçue. De plus, un Africain sur trois affirment que le gouvernement devrait pouvoir interdire toute organisation qui « s'oppose à ses politiques ».

Ces observations d'Afrobaromètre sont publiées en cette journée (16 Décembre), qui marque le 50è anniversaire de l'adoption par les Nations Unies du Pacte International Relatif aux Droits Civils et Politiques (PIDCP). Les observations, basées sur des entrevues avec presque 54.000 citoyens de 36 pays africains, sont détaillées dans la Dépêche No. 128 d'Afrobaromètre, titrée « 50 ans après, la liberté d'association est bien ancrée en Afrique, quoique loin d'être absolue », disponible en Anglais et Français à l'adresse www.afrobarometer.org.

Résultats clés

- En moyenne à travers 36 pays, huit sur 10 Africains se sentent au moins « assez libres » de se joindre à toute organisation politique de leur choix, dont une majorité (58%) qui s'en sent « entièrement libres ». Environ un sur six citoyens (17%) affirment se sentir « pas très libres » ou « pas du tout libres » de s'associer comme voulu.

- La liberté totale d'association n'est perçue que par une minorité dans 15 sur 36 pays. Tandis que plus de huit sur 10 citoyens se sentent « entièrement libres » au Sénégal (85%), au Malawi (85%), au Ghana (84%), et au Botswana (83%), moins d'un tiers en dit autant en Algérie (32%), au Zimbabwe (30%), au Soudan (27%), en Egypte (27%), et au Swaziland (7%).

- À travers 20 pays régulièrement suivis depuis 2008/2009, la perception de la liberté « entière » d'association est stable. Cependant, dans six de ces pays, cette perception s'est réduite de manière significative entre 2008 et 2015, le Bénin et le Burkina Faso en tête de peloton, avec respectivement 23 et 21 points de pourcentage en moins. Dans quatre pays, la proportion des citoyens qui se sentent « entièrement libres » s'est accrue de manière significative: l'Ouganda (18 points de pourcentage), l'Afrique du Sud (15 points), la Namibie (14%), et le Cap-Vert (5 points).

- Les femmes sont quelque peu moins susceptibles de se sentir entièrement libres » que les hommes, à 55% contre 60%. La perception de liberté s'accroit légèrement avec l'âge.

- En général, la perception de la liberté d'association est corrélée avec des niveaux élevés d'implication effective dans des activités civiques et politiques.

- La liberté d'association va également de pair avec la démocratie: Les citoyens qui ressentent la liberté d'association tendent également à ressentir la liberté de s'exprimer et voter selon leurs opinions, et à percevoir leurs pays comme des démocraties effectives.

- En dépit de perceptions élevées de la liberté d'association et de ses liens avec la démocratie, un tiers (32%) des Africains sont « d'accord » ou « tout à fait d'accord » que le gouvernement « devrait pouvoir interdire toute organisation qui s'oppose à ses politiques ».

Afrobaromètre

Afrobaromètre est un réseau de recherches panafricain et indépendant qui conduit des enquêtes sur les attitudes du public envers la démocratie, la gouvernance, les conditions économiques, et des questions connexes à travers plus de 30 pays d'Afrique. Cinq rounds d'enquêtes ont été conduits entre 1999 et 2013, et les résultats du Round 6 (2014/2015) sont actuellement en cours de publication. Afrobaromètre réalise des entretiens face-à-face dans la langue choisie par le répondant avec des échantillons représentatifs nationaux qui produisent des résultats au niveau national avec des marges d'erreur de +/-2% (pour des échantillons de 2.400 répondants) ou +/-3% (pour des échantillons de 1.200 répondants) à un niveau de confiance de 95%.

Les lecteurs intéressés devraient visiter l'adresse http://globalreleases.afrobarometer.org pour les publications antérieures au titre du Round 6.

Suivez Afrobaromètre sur Facebook et Twitter @Afrobarometer.

Suivez leurs rapports globaux sur #VoicesAfrica sur Twitter et Facebook.

Afrique

Lutte contre l'obésité pour réduire les maladies cardio-vasculaires, le diabète, les cancers, etc.

La Conférence mondiale de l'OMS sur les maladies non transmissibles débute ses travaux ce mercredi 18… Plus »

Copyright © 2016 Afrobarometer. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.