2 Janvier 2017

Guinée Equatoriale: France - Renvoi du procès Teodorin Obiang sur les «biens mal-acquis» en délibéré

Photo: Facebook
Téodorin Obiang Nguema

Teodorin Obiang, fils du président de Guinée équatoriale, est poursuivi devant le Tribunal correctionnel de Paris dans le cadre de l'affaire des « biens mal acquis ».

Absent à l'audience de ce lundi 2 janvier, il est jugé pour blanchiment d'abus de biens sociaux, de détournement de fonds publics, d'abus de confiance et de corruption. Le renvoi est mis en délibéré et on attend la décision mercredi matin.

Le procès a été renvoyé en délibéré, car lors de cette toute première audience, ce n'est pas « le fond de l'affaire » qui a été abordé, mais une « demande de renvoi » présentée par la défense de Teodorin Obiang.

Plusieurs raisons sont invoquées dont la principale serait « un manque de temps pour préparer la défense », expliquent les avocats. En somme, les conditions ne seraient pas réunies pour que le fils du président équato-guinéen bénéficie d'un « procès équitable ».

« Monsieur Nguema n'était pas présent aujourd'hui, d'une part en raison de ses activités officielles et, d'autre part en raison du fait qu'il n'a pas été valablement cité devant le tribunal et que les délais, qui lui ont été impartis pour préparer sa défense, n'étaient pas conformes à ce qui se fait habituellement et ne lui permettaient pas de se préparer comme cela doit être le cas pour une affaire de cette nature », a déclaré Me Marsigny, avocat de Teodorin Obiang.

« Le prévenu est mis en examen depuis 2014 », a rétorqué l'avocat des parties civiles, Me William Bourdon qui reste optimiste.

« Au départ, il y avait d'abord beaucoup de scepticisme. Autour de cette procédure, il y a eu tellement de manœuvres. Donc, le seul fait que le procès se tienne là, aujourd'hui, est déjà un aboutissement.

Il y a quelque chose d'irréversible maintenant qui est lancé. Teodoro Obiang et ses avocats le savent bien et c'est pour cela que les combats qu'ils mènent ont un parfum et une odeur appuyés de combats d'arrière-garde, ce que tout le monde voit bien », a-t-il déclaré.

« La comparution est un devoir », a renchéri, de son côté, le procureur en désignant le vide à la barre des accusés.

Tous deux estiment que Teodorin Obiang se joue de la justice en refusant de se présenter devant le tribunal et que ses avocats multiplient « les manœuvres dilatoires ».

La décision de renvoyer ou non le procès sera donc annoncée ce mercredi, mais on sait déjà qu'un élément « complique » la tâche des magistrats. Il s'agit d'une décision rendue, le mois dernier, par de la Cour Internationale de justice.

La plus haute juridiction internationale a reconnu « provisoirement » le caractère « diplomatique » de l'hôtel particulier qui a été perquisitionné en 2014 à Paris.

Le tribunal pourrait donc se donner du temps pour analyser la portée de cette décision, avant d'aborder le fond de l'affaire.

Si le tribunal choisit donc d'attendre le verdict de la Cour internationale de justice, le procès pourrait être reporté de deux à trois ans.

En savoir plus

Procès de Teodorin Obiang en France - Vivement que la lumière éclate

Nul doute que si c'était à refaire, il réfléchirait par deux fois avant de décider de… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.