5 Janvier 2017

Afrique: Bilan des TICs dans le continent sur 2016 et perspectives 2017 en 10 minutes !

Tagged:

London — Nietzsche disait "Si ton œil était plus aigu tu verrais tout en mouvement." Cela ne vous dit rien ? L'année semble s'être accélérée pour les projets numériques sur le continent africain à tel point qu'il devient difficile de les compter. RV ici pour parcourir nos archives de l'année et démonter à Nietzsche qu'on aiguise son œil, merci. Bon pied bon œil, Russell Southwood et Sylvain Béletre veillent sur l'actu des TICs et résument l'année pour le secteur.

VoD - Fin 2015, une poignée d'opérateur de téléphonie mobile avaient déjà pris trois ans pour finalement ne pas lancer leur plate-forme VoD, avec quelques versions Beta histoire de tâter le terrain. Début 2017, ces projets semblent enfin se concrétiser. On dépasse désormais les 140 plateformes VoD liées à l'Afrique . Toujours dans ce segment VoD, l'arrivée de Netflix (et dernièrement d'Amazon) en Afrique a galvanisé Naspers - le 'capitaine flam' sud-africain de cette galaxie - dans le lancement de Showmax, et Orange a mis en avant Afrostream. Les petits opérateurs VoD indépendants comme PockitTV et Tuluntulu affichent un trafic intéressant qui pourrait finalement démontrer que nous avons dépassé le période de rodage. YouTube a depuis longtemps explosé en Afrique, Dailymotion et d'autres s'y mouille, les investisseurs et les opérateurs suivent.

Les innovateurs numériques - Le 'Africa Tech Summit London' du 29 septembre 2016 a cristallisé les ambitions du secteur pour 2017 : Il s'agissait d'un événement plein de personnes innovantes et d'investisseurs pour l'Afrique, mais il n'y avait pas beaucoup d'opérateurs mobiles dans la salle. Le centre de gravité du développement du marché des NTIC de demain est passé de ceux qui fournissent les réseaux à ceux qui créent du contenu et des services sur la plate-forme qu'ils fournissent

Mobile - La 4G rapporte des fonds aux gouvernements et apporte le haut débit. A ce jour, la 4G-LTE a été déployées dans 31 pays du continent africain par 64 opérateurs, et sous peu, dans 45 pays - ou plus exactement dans les grandes villes - fourniront des services 4G-LTE. C'est ce qui ressort de notre rapport détaillé par pays. En parallèle, le nombre total de smartphones utilisés en Afrique va atteindre 358,88 millions d'ici 2018 (selon le Smartphone report)

Fiscalité durcie, amendes, promotions tarifaires. La réalité des marchés mobiles en Afrique devient relativement sombre. Bharti Airtel a des difficultés pour rester dans le jeu. Orange a fermé quelques filiales face à une concurrence et, ou une règlementation trop pénalisantes. Les pressions exercées sur les opérateurs sont énormes, autant sur les gros que les petits. Et nous attendons toujours ce que Vodacom et MTN vont faire pour répondre à la nouvelle tournure que prend le marché. Les prix d'accès aux services télécoms sont encore trop élevés en Afrique, et le niveau de service peut encore être amélioré.

Les opérateurs mobiles n'ouvrent pas encore complètement leurs APIs ni leurs partenariats avec les innovateurs locaux : frilosité face aux risques, manque de budget, pas le temps, pas d'équipe dédiée suffisante, ... et du coup, sélection drastique pour faire quelques rares exemples. Mais des opérateurs, comme MTN et Orange ont fait des promesses. Peut-être que 2017 commencera à voir certaines de ces idées mises en pratique ...

Les appli mobiles - Danss les applis, les services de 'mobile money' explosent (Mobile Financial Services in Sub-Saharan Africa: Industry Report (2015)), alors que les plateformes e-commerce décollent selon nos sondages terrains au Kenya et au Sénégal.

Au Kenya, mPesa fait depuis longtemps partie de l'écosystème, mais les vraies surprises viennent de What's App et d'Uber. Un grand nombre de Kenyans ont désormais des groupes de familles What's App pour rester en contact. Quant à Uber au Kenya ? Eh bien en 12 mois, le service est passé de 0 à 100,000 utilisateurs actifs avec un modèle hybride que l'entreprise utilisera à travers l'Afrique: Pensez au début des opérations de Jumia en Afrique subsaharienne et le temps qu'il leur a fallu pour obtenir un seuil critique.

Musique - Avec la chute brutale des prix du pétrole, le service de musique d'Unitel Kisom s'etait avéré trop élevé à 7 $ US par mois. Il a maintenant abaissé son prix à 3.50 US $ et a attiré 150.000 utilisateurs pour ce qui est devenu un service de musique local. Mais certaines plateformes ne veulent toujours pas révéler leur trafic ou leur nombre de souscripteurs en Afrique, ce qui en dit long sur l'état du segment. En attendant, YouTube tient toujours le haut du pavé, et Deezer a affiché des objectifs ambitieux sur 2017.

VoIP - What's App, Viber ou Skype, on a également noté une bataille contre la VoIP gratuite. Est-ce une bataille perdue d'avance dans de nombreux pays d'Afrique? Loin des politiques partisanes, nous passons sur ce débat car les articles disponibles pullulent...

Accès dans les zones rurales - Les régulateurs vont être encore plus flexibles en ce qui concerne l'accès au spectre et à l'interconnexion afin d'obtenir des investissements dans les zones difficiles à atteindre.

Infrastructure et vente de gros - Il existe quatre projets internationaux de câblodistribution - un sur la côte ouest et trois sur la côte est. Celui sur la côte ouest va de l'Angola au Brésil et a maintenant un lien le reliant à Miami. L'autre grande nouvelle est la vision de Bolloré/Vivendi (Group Vivendi Africa - GVA), qui propose de construire 5 000 kms de fibre pour connecter 5 à 6 pays africains. Le projet dénommé BlueLine consiste en la construction de près de 3.000 kilomètres de chemin de fer pour un coût de 2 à 2,5 milliards d'euros, et devra traverser le Bénin, le Togo, le Niger, le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire, éventuellement le Gabon. Ce réseau permet de déployer des canaux de fibre locaux (FTTH) en l'air pour offrir des services internet haut débit rapidement.

L'informatique - Les grandes entreprises IT globales continent de monter des filiales en Afrique : Services Cloud, hosting, data centres, NOC, fournitures de logiciels et de serveurs professionnalisent les services gouvernementaux et entreprises locales. Startup TIC : les entrepreneurs locaux regorgent de projets et rêvent de leur première levée de fond et des dix premiers clients qui vont pouvoir concrétiser leurs ambitions. Mais bien souvent, on trouve beaucoup de candidats pour peu d'investisseurs et d'élus. Vous cherchez à recruter des informaticiens sur place ? Rangez votre Playstation et allez voir les incubateurs locaux : ils regorgent de jeunes talents qui en veulent, mais ont du mal à séduire les entreprises de taille. Nouveau thème 2017 : Le big data au service des jeunes, de l'emploi, de l'agriculture, de la santé et du développement en général en Afrique.

TNT (TV numérique terrestre) - impossible de ne pas adopter cette nouvelle norme qui reste la moins chère pour regarder la TV ; elle continue de prendre ses marques et ouvre perspectives d'emploi et production de contenu numérique local. Seul bémol, l'addition est salée, et on se pose toujours la même question : qui va payer ? Le produit de la vente de licences 4G, des banques, un opérateur privé, ou le gouvernement sur ses fonds propres ? Selon les pays, le cœur des décisionnaires balance...

Ras-le-bol des belles paroles en l'air, des discours de circonstance sans avenir, place aux projets concrets ! Il est temps pour les opérateurs télécoms d'envisager des moyens novateurs d'utiliser toutes leurs capacités de manière à ce que les médias et entrepreneurs Africains puissent déployer leurs ailes. Une partie des apps et services gratuits sera financée par la publicité.

C'est pourquoi le marché de la publicité numérique est important pour tous ceux qui s'intéressent à l'avenir numérique en Afrique, et c'est aussi pourquoi nous avons publié un rapport détaillé sur le marché de la publicité africaine.

Les actualités des marchés de l'audiovisuel et des TIC en Afrique

Inscription aux bulletins gratuits :

Balancing Act produit quatre newsletters GRATUITES en anglais et en français, couvrant les secteurs des télécommunications, des TIC et de l'audiovisuel en Afrique. Ils sont devenus le point de référence pour des informations détaillées et des analyses sur ce qui se passe sur le continent.

En outre, notre service Web TV Smart Monkey TV a obtenu 1581 abonnés. Pour vous abonner, cliquez ici

Pour ceux qui souhaitent suivre en détail (en anglais uniquement) le développement du marché des contenus et des services numériques en Afrique (en particulier les plateformes de VoD et les producteurs de télévision en ligne), vous devriez vous abonner à notre lettre électronique « Digital Content Africa » qui compte un peu plus de 2 000 abonnés. Pour ceux qui s'intéressent aux start-ups et à l'innovation numérique, vous devez vous abonner à notre lettre électronique « Innovation in Africa » qui compte un peu plus de 1 100 abonnés. Cliquez sur le lien correspondant

Annoncer vos produits et services sur nos Newsletters : elles atteignent plus de 20 000 utilisateurs potentiels sur une base hebdomadaire ou bimensuelle. La publicité sur nos medias met votre entreprise, ses produits et solutions directement devant les décideurs clés dans les secteurs de l'audiovisuel, des télécoms et de l'Internet concentrés sur l'Afrique. Pour communiquer via nos médias, appelez-nous ou cliquez ici >>

Afrique

H.Védrine - «La France n'a pas pour vocation de jouer au gendarme en Afrique»

Entretien avec Hubert Védrine. Retour avec l'ancien ministre français des Affaires… Plus »

Copyright © 2017 Balancing Act. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.