13 Janvier 2017

Seychelles: L'autorité des pêches observera les stocks de thon albacore dans les eaux jusqu'au mois de mars

Victoria Seychelles — Les Seychelles doivent encore mettre en œuvre des mesures pour réduire de 15% les captures de thon albacore, mais surveilleront les rapports des navires jusqu'à la fin du mois de mars, selon un responsable de l'Autorité des Pêches des Seychelles (SFA).

Prévue pour commencer début 2017, la décision de réduire les quotas de pêche du thon albacore de 15 pour cent en se référant aux niveaux de 2014 a été prise par la Commission des Thons de l'Océan Indien (CTOI) en juin de l'année dernière.

Avant de mettre en œuvre les mesures, l'autorité locale de la pêche va rencontrer les différents acteurs pour discuter de la meilleure façon de se conformer à la décision de la CTOI.

Le responsable des pêches de la SFA, Vincent Lucas, a déclaré: «Nous avons fait part à la CTOI que nous serions désavantagés si nous utilisons 2014 comme année de base, puisque nous avions 8 navires et que nous en avons actuellement 13. Nous avons recommandé de nous référer à 2015 comme année de base ».

Lucas a déclaré que les Seychelles, un archipel de l'Océan Indien occidental, ont accepté de recevoir des rapports hebdomadaires des navires sur les prises d'albacores qui seront surveillées jusqu'à la fin mars.

« D'ici la fin du mois de mars, nous aurons des statistiques, et nous allons discuter des mesures que nous allons mettre en place une fois que nous atteindrons la limite », a indiqué Lucas.

L'agent de la SFA a déclaré que Janvier est un bon mois pour pêcher l'albacore, mais si ce n'est pas le cas cette année, il pourrait ne pas être nécessaire de mettre en œuvre les mesures.

La Commission des Thons de l'Océan Indien (CTOI) a annoncé l'année dernière que le thon albacore était surexploité à la suite d'un rapport du Comité scientifique.

Lors de la réunion de jeudi, les différents acteurs ont convenu de mettre en œuvre si nécessaire une des mesures visant à réduire la pêche du thon albacore, ce qui réduit le nombre de Dispositifs de Concentration du Poisson (DCP) sur un navire.

S'adressant à la SNA, Jose Luis Jaurregui Iriarte, directeur de l'Opération de la Flotte à Hartswater Limited a déclaré que la réduction du DCP est une mesure plus appropriée que d'avoir à empêcher les navires de pêcher.

« Empêcher la flotte de pêcher est trop agressif et nous coûtera énormément d'argent », a déclaré Iriarte.

En 2016, le nombre de DCP a été réduit de 500 à 425 unités par navire et Lucas a indiqué que cela a entraîné une réduction de l'albacore. Si nécessaire, il sera réduit à 361.

Juan Pablo Rodrigues-Sahagun, directeur général de l'Association Nationale des Armateurs de Navires Congélateurs de Thon (ANABAC) en Espagne, a déclaré à la SNA que « L'économie des Seychelles va être affectée si nous arrêtons les navires. Ils ne vont pas générer de revenus et de travail pour les Seychellois ».

La pêche est le deuxième pilier de l'économie des Seychelles. Il y'a 14 senneurs qui portent le pavillon de la nation.

La pêche artisanale n'est pas affectée par les nouvelles règles, car ces mesures s'appliquent aux navires de plus de 24 mètres de long.

Seychelles

Epidémie - Un cas de peste importé confirmé aux Seychelles

L'épidémie de peste à Madagascar a été exportée aux Seychelles. Ce pays aurait… Plus »

Copyright © 2017 Seychelles News Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.