16 Janvier 2017

Congo-Kinshasa: L'ONU s'engage à aider à trouver des solutions durables pour les éléments sud-soudanais désarmés

L'Envoyé spécial des Nations Unies pour la région des Grands Lacs, Said Djinnit, et le Représentant spécial du Secrétaire général pour la République démocratique du Congo (RDC), Maman Sidikou, ont entamé le 12 janvier une série de consultations conjointes à Goma et à Kinshasa pour examiner la question de la présence d'éléments sud-soudanais de l'Armée populaire de libération du Soudan dans l'opposition (APLS - O) dans l'est de la RDC.

A Goma, en plus de recevoir des exposés d'experts humanitaires et juridiques, les responsables de l'ONU ont rencontré le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, des anciens combattants de l'APLS-O hébergés dans le camp de Munigi, a précisé la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO) dans un communiqué de presse publié lundi.

M. Paluku a exprimé de graves préoccupations quant au risque de déstabilisation accrue de la situation au Nord-Kivu si les éléments de l'APLS-O ne sont pas réinstallés ailleurs le plus tôt possible. Il a demandé le soutien des Nations Unies pour faciliter le transfert de ces éléments sans plus tarder.

Les éléments de l'APLS-O ont exprimé leur profonde gratitude à la MONUSCO pour ses efforts et son soutien. En renonçant à toute intention de reprendre les combats, ils ont demandé le soutien de l'ONU pour retrouver leurs familles dans la région.

MM. Djinnit et Sidikou ont réitéré l'engagement des Nations Unies à aider à trouver des solutions concernant la présence de ces éléments, en coopération et en consultation avec les autorités de la RDC et des autres pays de la région, l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et l'Union africaine.

« L'ONU est déterminée à travailler avec le gouvernement de la RDC, les pays concernés de la région, l'IGAD et l'UA pour trouver des solutions durables pour ces éléments et soutenir la mise en œuvre de l'accord de paix au Soudan du Sud », a déclaré M. Djinnit.

« Nous devons faire tout ce qui est possible pour éviter la propagation en RDC de la crise au Soudan du Sud, ce qui aurait un impact grave sur les populations qui vivent dans une région sur laquelle pèsent déjà les activités de nombreux groupes armés illégaux ».

A Kinshasa, les responsables de l'ONU ont rencontré plusieurs responsables gouvernementaux, avec lesquels ils ont convenu de créer un comité technique conjoint chargé d'élaborer des solutions pour la réinstallation des ex-combattants de l'APLS-O. Le comité devrait tenir sa première réunion le 18 janvier 2017.

« Je me réjouis de la décision du gouvernement de créer un comité technique, conjointement avec la MONUSCO, pour résoudre la question des éléments de l'APLS-O se trouvant sur des sites de la MONUSCO.

Je suis persuadé que cela permettra d'approfondir la coopération de la Mission avec le gouvernement », a souligné M. Sidikou.

Congo-Kinshasa

Signature ce jeudi de l'arrangement particulier

C'est loin du Centre interdiocésain et sans la Cenco que le Parlement a choisi de faire signer ce jeudi… Plus »

Copyright © 2017 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.