18 Janvier 2017

Cameroun: Voie publique - Cet incivisme qui choque

A peine terminées et ouvertes au public, les nouvelles routes sont envahies des tas d'immondices et étals de marchands.

L'image détonne et choque la vue, provoquant le dégoût et la désolation chez la plupart des usagers des dessertes de la zone Mvog Atangana Mballa, Cami Toyota, Coron, Marché et Carrefour Mvog Mbi. C'est que quelques heures après l'ouverture au public, les voies nouvellement réhabilitées dans cette zone sont déjà encombrées d'ordures de toutes sortes. Dans les canalisations d'évacuation des eaux usées, sur les trottoirs et même sur la chaussée, les gros tas d'immondices se multiplient. Tout comme les comptoirs de fortune des commerçants. Au grand dam des automobilistes qui doivent recommencer à négocier le passage entre les tas de manioc, plantain, cuvettes de poissons et autres brouettes de fruits, pacotilles. « C'est vraiment désolant de voir ce triste spectacle se dérouler sur du bitume flambant neuf et des routes aussi belles.

Il y a de quoi s'inquiéter : pleins de commerçants déversent les eaux usées directement sur le bitume, ne sachant pas que leur infiltration va désintégrer le bitume sous peu. Après on va dire que ledit bitume était mal dosé ou mal fait. Les gens ne pensent pas que l'entretien de ces infrastructures est sous la responsabilité de nous tous : l'Etat a déjà fait sa part en construisant ces routes. Il ne va pas revenir le faire chaque année », se plaint un riverain. Les automobilistes habitués de la zone eux aussi déchantent déjà. « Les embouteillages étaient chroniques ici. On se disait donc légitimement qu'avec la réfection de la voirie, le problème sera résorbé. Mais que non ! Les voitures clandestines desservant les bourgades environnantes à Yaoundé déchargent sur la chaussée aux aurores. C'est aussi là que les bayams-salams et leurs clients procèdent à leurs trafics.

Et dès 7 heures, il devient impossible de circuler rapidement, malgré l'intervention de la police. « Vraiment, c'est trop », s'indigne un automobiliste. Le phénomène n'est pas le seul apanage de la capitale et du quartier Mvog Mbi. A Douala où l'entrée Est a été refaite, les mêmes travers s'observent. « Lorsque la route était en chantier, nous étions contents, parce que nous croyions qu'une fois terminée, ce sera la fin des embouteillages. Mais, il n'en est rien. Les embouteillages ont repris de plus belle à cause de l'obstruction de la voie par les marchés, les motostaxis et autres garages », s'alarme un usager. Il est donc temps que les différentes autorités concernées prennent les mesures appropriées pour limiter les dégâts dès à présent.

Cameroun

À l'horizon 2018 - Une cimenterie veut tripler sa capacité de production

Tel est le défi que se lance Ciments d'Afrique (Cimaf) Cameroun, filiale du marocain Addoha. Celui-ci est contenu… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.