19 Janvier 2017

Sénégal: Madinatoul Salam - Affrontements entre disciples de Cheikh Béthio et les habitants

Le village de Madinatoul Salam, ex-Keur Samba Laobé est encore secoué par le bras de fer qui oppose le guide des Cantacun à ses habitants autour d'un terrain.

Hier, des affrontements ont eu lieu entre les deux parties, faisant des blessés graves dont un, qui lutte contre la mort et a été évacué d'urgence à l'hôpital.

Le village de Médinatoul Salam, rendu tristement célèbre par le double meurtre qui y avait eu lieu, fait encore reparler de lui. Hier, en effet, les talibés de Cheikh Béthio Thioune s'y sont frottés aux populations locales. A l'origine, un terrain que se disputent les deux camps qui se sont affrontés en présence des éléments de la gendarmerie nationale. Selon le correspondant de Walf Tv qui livre l'information, plusieurs blessés ont été dénombrés selon des témoins trouvés sur place. Un des blessés graves a été évacué à l'hôpital par des éléments de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers. Ne voulant pas continuer à subir le diktat du Cheikh et de ses talibés, les habitants ont décidé de passer à la vitesse supérieure.

Selon des témoins interrogés par le correspondant de Walf Tv, les choses ont dégénéré lorsque des habitants se sont rendu sur le site objet du litige et ont trouvé des talibés en train de creuser les fondations de la villa à construire pour l'une des épouses de leur guide. Après des échanges de propos aigres-doux, une altercation éclate entre les deux parties. Selon Seydou Dia, un des habitants de Keur Samba Laobé, le terrain en question appartient au village. A l'en croire, en plus du terrain, le guide des Cantacun veut mettre également la main sur leurs maisons. «Il est temps que cette persécution dont nous sommes victimes ici à Keur Samba Laobé de la part de Cheikh Béthio Thioune prenne fin. Et, nous allons y mettre un terme d'une manière ou d'une autre. Même s'il faut qu'il y ait mort d'hommes.

Nous sommes fatigués et nous ne savons pas quoi faire», a prévenu M. Dia. Qui accuse le guide des Cantacun en personne d'être à l'origine des affrontements répétitifs dans la localité. «C'est lui-même qui a appelé un de nos oncles pour revendiquer la paternité de la surface litigieuse. Ce dernier lui a opposé un niet catégorique. Aujourd'hui, nous nous sommes rendu sur les lieux et nous nous en sommes pris à ses disciples qui avaient déjà commencé à creuser les fondations. Ces derniers ont riposté avec des gourdins», a-t-il expliqué.

Les habitants de Keur Samba Laobé pointent du doigt l'irresponsabilité des autorités de la localité. Selon eux, le maire de Malicounda qui gère le dossier a une grande part de responsabilité dans ce conflit foncier. Car, relèvent-ils, malgré plusieurs interpellations, il fait la sourde oreille. «Il aurait même pu venir dans le village qui l'a d'ailleurs interpellé à plusieurs reprises sur la nécessité de mettre fin à ce litige. Maintenant, les autorités n'ont qu'à délimiter définitivement ce foncier. Que chaque partie se limite à ce qui lui appartient. Ce qui est sûr et certain, c'est que, désormais, nous ne nous laisserons pas faire», avertit-il avec force.

Les habitants n'écartent pas toutes les possibilités pour récupérer ce qu'ils considèrent comme un patrimoine de leur village. Ils se disent prêts à laisser leur vie dans cette bataille qui est en train de prendre une tournure dramatique. «Nous sommes prêts à tout, quoi qu'il advienne. Qu'ils soient plus nombreux que nous n'est pas le plus important . Ce qui est sûr, au fil du temps, il y aura de nouveaux morts. Nous nous y sommes déjà préparés puisqu'il y va tout simplement de notre avenir», a menacé M. Dia, très remonté contre l'Etat. Ce dernier signale que Cheikh Béthio avait été sommé par la Direction de la surveillance et du contrôle de l'occupation des Sols (Dscos) de surseoir à toute construction sur le terrain litigieux.

Il faut rappeler que le village de Keur Samba Laobé avait été secoué, il y a quatre ans, par un double meurtre qui avait valu à Béthio Thioune une incarcération à la Mac de Thiès.

Sénégal

L'Ecole des sables a besoin d'aide pour continuer de danser

Il faut sauver l'Ecole des sables du Sénégal. Les gérants de cette école de danse… Plus »

Copyright © 2017 Wal Fadjri. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.