23 Janvier 2017

Gambie: Pourquoi l'ex-président gambien s'est exilé en Guinée-équatoriale

Photo: Le Pays
Le sulfureux Yahya Jammeh a quitté la Gambie pour la Guinée-Equatoriale, après une escale à Conakry.

Yahya Jammeh, l'ex-président gambien, est donc en exil en Guinée Equatoriale. Il est parti dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15 janvier via Conakry où un avion du président Obiang l'attendait pour l'amener à Malabo. Mais, pour le moment, c'est le silence à Malabo.

Contactées hier matin, les autorités se refusent même à confirmer l'arrivée de Yahya Jammeh. Mais pourquoi la Guinée Equatoriale ? Cette destination n'est pourtant pas celle qui avait été la plus évoquée au cours des négociations.

Selon plusieurs sources proches des négociateurs, la Mauritanie était sur les rangs pour accueillir Yahya Jammeh. Mais c'est la proposition marocaine qui était le plus sérieusement envisagée jusqu'à vendredi.

Le Maroc, qui multiplie les offensives diplomatiques au moment où il souhaite réintégrer l'Union africaine, aurait notamment eu la préférence de l'épouse guinéo-marocaine de Yahya Jammeh.

Ce n'est que vendredi, au cours des ultimes négociations, que le président Obiang aurait offert l'asile à l'ex-chef d'Etat gambien, une offre qui aurait eu le double avantage de rassurer Yahya Jammeh face à d'éventuelles poursuites judiciaires, et de rassurer aussi l'équipe d'Adama Barrow et la Cédéao : « Il fallait mieux qu'il soit le plus éloigné géographiquement possible de Banjul », s'accordent nos interlocuteurs.

Toujours selon ces sources, l'option du Nigeria, proposée mi-janvier par le Parlement, aurait été écartée par Jammeh lui-même, d'une part parce que le Nigeria a été un des premiers pays à mobiliser ses troupes pour une intervention et d'autre part car Yahya Jammeh aurait craint d'être éventuellement rattrapé par la justice.

En effet, du temps du président Obasanjo, Abuja avait offert l'asile au Libérien Charles Taylor, avant finalement de le livrer au Tribunal spécial pour la Sierra Léone.

De plus, le Nigeria est membre de la Cour pénale internationale, tout comme la Guinée. Conakry n'aurait d'ailleurs jamais été envisagée autrement que comme une étape, affirment nos sources.

L'opposition équato-guinéenne vent debout

Sauf que cet exil en Guinée-Equatoriale n'est du goût de tout le monde. La Convergence pour la démocratie sociale (CDPS), l'un des principaux partis d'opposition dans ce pays, a condamné dans un communiqué rendu public ce dimanche l'initiative du président Obiang d'accorder l'asile au dictateur gambien, Yahya Jammeh, en parlant d'une décision qui viole, selon lui, les lois en vigueur.

« Monsieur Obiang n'a consulté aucune institution, n'a consulté personne ici avant de prendre sa décision, c'est-à-dire que Monsieur Obiang ne respecte pas les institutions du pays, de la République, critique Andrés Esono, le secrétaire général de la CDPS. Il prend ses décisions comme il veut, et quand il veut. »

Et le CDPS ne veut pas d'un « dictateur » dans le pays. « Je crois que cet homme devrait faire face à la justice de son pays. Nous ne pouvons lui donner un exil d'or ici, quand il a commis beaucoup de crimes chez lui. »

En savoir plus

Le clap de fin pour Jammeh

Ouf, le clap de fin pour Yahya Jammeh et l'imbroglio politique de ces dernières semaines en Gambie. Sheikh,… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.