19 Janvier 2017

Gambie: Qui est le président en Gambie?

Sur le papier, la présidence gambienne échoue depuis 0h ce jeudi à Adama Barrow. Mais il reste contesté par l'indéboulonnable Jammeh. Pressions internationales, fuite de la population: la journée est à hauts risques.

'Je ne vois pas la CEDEAO envoyer des troupes sur le terrain' (Louis Kemayou)

C'est un saut dans l'inconnu, pour l'instant pour la Gambie: le mandat constitutionnel du président sortant, Yahya Jammeh est arrivé officiellement à son terme, à zéro heure ce matin. Mais il refuse toujours de remettre le pouvoir à son successeur, et a fait voter au parlement une résolution qui prolonge de trois mois, son séjour au pouvoir. Adama Barrow, président déclaré élu du pays, est depuis quelques jours à Dakar au Sénégal et maintient qu'il prêterait serment, ce jeudi 19 janvier dans l'après-midi, à l'ambassade gambienne.

Intervention militaire en préparation

Autre inconnue, de taille, la réaction de la Cédéao face à l'obstination de Jammeh: il y aurait 200 soldats que le Ghana se dit prêt à déployer, même effectif en provenance du Nigeria qui mobilise également des avions de combat, tandis que le Sénégal annonce que des centaines de soldats lourdement armés sont en position à la frontière.

A la demande du Sénégal, le Conseil de sécurité s'est réuni hier mercredi à huis clos, pour discuter notamment d'un projet de résolution pour soutenir les efforts de la Cédéao sur le dossier gambien. Olof Skoog, ambassadeur suédois et président du Conseil de sécurité de l'ONU estime que "cela pourrait se faire sous peu. Les travaux sont en cours pour négocier cette résolution. Cependant, tout dépend de ce qui se passe sur le terrain. Car au moment où nous sommes, il y a quelques derniers efforts en cours pour résoudre la crise pacifiquement." D'après des informations à prendre avec prudence, hier soir le chef d'état-major gambien, le général Ousman Badjie aurait assuré qu'il n'ordonnerait pas à ses hommes de résister en cas d'intervention des troupes africaines

Des scénarios multiples, la population apeurée

A quoi va-t-on assister dans les prochaines heures, ou dans les prochains jours ? Ecoutez l'analyse du journaliste camerounais, Louis Kemayou en cliquant sur l'imageen tête d'article.

'Je suis venue au Sénégal avec dix enfants, (...) les mains vides' (réfugiée gambienne)

Le président mauritanien a peut-être tenté encore d'éviter une possible intervention militaire: Mohamed Ould Abdel Aziz était à Banjul, hier mercredi pour trouver une solution pacifique à la crise, mais rien n'a filtré de la rencontre. Abdel Aziz a ensuite fait escale à Dakar, dans la nuit où il a rencontré le président sénégalais, Macky Sall et le président élu de Gambie, Adama Barrow.

Face à ces tractations politiques à l'issue incertaine, certains craignent le pire et ont choisi la fuite. La Gambie se vide de ses populations: 26 000 personnes ont quitté le pays ces dernières semaines, d'après le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies, et la tendance est à la hausse face à la menace d'une intervention militaire de la CEDEAO. Mamadou Alpha Diallo, notre correspondant à Ziguinchor, a rencontré quelques-uns de ces réfugiés gambiens dans l'un des endroits les plus proches à atteindre pour les Gambiens qui cherchent refuge, la Casamance, la région sud du Sénégal. Ecoutez-les en cliquant sur l'icône ci-contre.

Gambie

"La résolution de la crise gambienne, une grande réussite diplomatique"

L'implication du Sénégal dans la résolution de la crise post-électorale en Gambie a… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.