26 Janvier 2017

Afrique: La crise libyenne au menu d'une réunion du Comité de haut niveau de l'UA vendredi à Brazzaville

Photo: ALGÉRIE PRESSE SERVICE
Formation d'un nouveau gouvernement d'union nationale en Libye

Alger — Une réunion du Comité de haut niveau de l'Union africaine (UA) sur la Libye se tiendra vendredi à Brazzaville (République du Congo) avec la participation des cinq pays membres et les chefs d'Etat et gouvernement des pays voisins de la Libye, dont l'Algérie.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, prendra part à cette réunion en sa qualité de représentant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Il sera accompagné à cette occasion par le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel.

Outre les représentants des pays membres du Comité, le Sommet réunira les chefs d'Etat et de gouvernement des pays limitrophes de la Libye et des représentants de l'UA et de l'ONU pour la Libye.

Mandaté par l'Union africaine, le Comité de Haut niveau aura à se pencher sur "l'évolution du dossier libyen et sur les voies et moyens susceptibles de parvenir à une solution rapide et consensuelle à ce conflit", a indiqué un communiqué des services du Premier ministère.

Le Comité de haut niveau de l'UA est composé de cinq pays à savoir, la Mauritanie, le Niger, le Congo, l'Ethiopie et l'Afrique du Sud. A la demande de l'Algérie, il été élargi aux pays voisins de la Libye pour se transformer par la suite en 5+7.

La solution doit être libyenne

A la veille de ce sommet, M. Messahel a souligné à Alger que l'urgence pour la Libye "est d'aller vers des institutions fortes à leur tête une armée et un gouvernement d'union nationale pour notamment combattre le terrorisme et le crime organisé", estimant que les Libyens "ont les capacités de reconstruire leur pays".

M. Messahel a, dans ce contexte, réitéré la position algérienne en faveur d'un règlement de la crise libyenne basé sur le respect de la souveraineté de la Libye, la non-ingérence dans ses affaires internes et le dialogue interlibyen, affirmant que l'Algérie "jouit de la confiance des différentes parties libyennes en étant à équidistance de toutes ces parties".

La solution politique à cette crise, a-t-il dit, "ne doit pas être imposée mais doit émaner des Libyens eux-mêmes dans le cadre d'un dialogue impliquant toutes les parties libyennes concernées".

Deux jours auparavant, M. Messahel, a reçu à Alger une importante délégation libyenne de responsables municipaux, conduite par le président du Conseil municipal de Misrata, Mohamed Chtiwi, ainsi que des parlementaires représentant la région de Misrata.

Cette visite d'information, qui s'inscrit dans le cadre des concertations sur les derniers développements de la situation en Libye, fait suite aux différentes visites en Algérie de responsables politiques et de parlementaires libyens, à la lumière des efforts de l'Algérie sur la voie d'un dialogue inter-libyen".

L'entretien a porté, notamment, sur "les voies et moyens tendant à impulser la solution politique consensuelle, à travers la dynamique de dialogue inclusif inter-libyen et la réconciliation nationale".

A cette occasion, M. Messahel "a réitéré la position de l'Algérie pour le règlement politique de la crise libyenne, en rappelant ses efforts constants, loin de toute ingérence extérieure dans ce pays frère et voisin", relève le communiqué.

Pour leur part, les membres de la délégation libyenne "ont salué le rôle actif et continu de l'Algérie en faveur de la solution politique dans le cadre de l'accord politique libyen du 17 décembre 2015".

En savoir plus

Crise libyenne - Messahel rencontre Kobler à Brazzaville

Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel,… Plus »

Copyright © 2017 Algerie Presse Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.