31 Janvier 2017

Sénégal: Légalisation de l'avortement - Les Oulémas mettent en garde les députés

La Charia interdit l'avortement. Et les Oulémas, particulièrement ceux de la voie Malékite, rappellent cet interdit aux députés qui seraient tentés de légaliser l'avortement médicalisé et ce, quel que soit le stade de la grossesse.

L'Assemblée annuelle de la Rabita des Oulémas de l'Islam a réaffirmé son opposition à la légalisation de l'avortement. «L'assemblée annuelle met en garde encore une fois l'Assemblée nationale contre toute tentative de vote de loi tendant à légaliser l'avortement médicalisé, car la Charia l'interdit, et tous les Oulémas, particulièrement ceux de la voie Malékite, se sont accordés sur cette interdiction et ce, quel que soit le niveau de la grossesse», lit-on dans la déclaration finale. «Sauf si pour des raisons de santé, un rapport médical authentique confirme la nécessité d'enlever la grossesse afin de sauver la vie de la mère», précise cependant la source.

Les Oulémas se sont réunis ce 30 janvier au sein de la Mosquée El Hadj Oumar Al Foutiyou Tall, en présence d'un grand nombre, d'imams, de prêcheurs et de marabouts, ainsi que des représentants de la diaspora et de délégations étrangères ainsi qu'un grand nombre d'associations islamiques. Et ils recommandent au gouvernement d'être «très ferme» envers les associations et autres regroupements qui encouragent le vote d'une telle loi, à l'instar du Président américain nouvellement élu, Donald Trump qui a décidé l'arrêt immédiat de tous les financements accordés à de telles associations aux Etats-Unis. «Cette attitude devrait être d'abord la nôtre, nous musulmans, adeptes de l'Islam, religion de valeurs humaines», indiquent ces Oulémas.

Il faut dire que l'Assemblée ne cache pas sa «grande préoccupation et son inquiétude» par rapport à la perte des valeurs, la dépravation des mœurs, ainsi que la violence dans toutes ses formes et dans tout le pays, illustrées à travers les médias qui constituent aujourd'hui un marché ouvert à toute forme de perversion.

Dans un autre registre, ces Oulémas encouragent les efforts de l'Etat du Sénégal ainsi que de la Cedeao pour la gestion avec «fermeté, sagesse et courage», de la situation électorale de la République de Gambie, aboutissant à une issue heureuse dans la paix et sans effusion de sang.

Par ailleurs, l'Assemblée recommande fortement à l'Etat du Sénégal la création d'un Conseil consultatif regroupant l'ensemble des confréries du pays, afin de faciliter la concertation sur tous les problèmes qui concernent notre religion et notre société.

Ces Oulémas rappellent également à l'Etat la proposition de création d'une université islamique technique et professionnelle Cheikh Oumar Foutiyou Tall au Fouta. Selon eux, cette recommandation est issue de la conférence internationale sur «L'Islam et le Savoir» lors de la 36ème édition de la Ziarra Omarienne.

Cette assemblée s'est déroulée sous la présidence de Thierno Madani Tall, président de la Ligue islamique des Oulémas, par ailleurs Serviteur de la communauté Omarienne et Khalife de Thierno Mountaga Ahmed Tall.

Sénégal

Chavirement d'une pirogue à Bettenty - Le bilan est passé à 21 morts

21 morts, c'est le nouveau bilan du chavirement de la pirogue survenu avant-hier, lundi 24 avril, à Bettenty dans… Plus »

Copyright © 2017 Wal Fadjri. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.