2 Février 2017

Afrique: CAN 2017 - Eternelle Egypte !

Les Pharaons disputeront la finale dimanche prochain après avoir sorti le Burkina Faso aux tirs au but hier à Libreville (1-1, 4-3)

Mettre un but à l'Egypte. Voilà un exploit que le Burkina Faso a réussi hier à Libreville, lors de la première demi-finale de la coupe d'Afrique des nations, Gabon 2017. Les Pharaons restaient en effet invaincus depuis le début de cette compétition. Mais Aristide Bancé est devenu le premier joueur à marquer contre cette équipe en phase finale depuis ce but contre son camp de Ahmed Hassan face au Cameroun en 2010. Mais ce but ne suffira pas pour être en finale puisque l'Egypte l'a emporté hier au cours d'une rencontre âpre conclue aux tirs au but.

Les Pharaons seront en finale dimanche, 5 février prochain après avoir manqué les éditions 2012, 2013 et 2015. Les Burkinabés peuvent nourrir des regrets après avoir fait le jeu tout au long du match. Avec leur football décomplexé, ils ont tout de suite pris d'assaut la défense égyptienne. Nakoulma et Traoré se mettent plusieurs fois en évidence alors que Razack Traoré tente le premier tir de la partie à la 3e min. Mais c'est capté par Essam El Hadary. Nakoulma tente une percée côté gauche mais sa frappe est stoppée par un défenseur. Après le quart de jeu, les Egyptiens se montrent dangereux mais la tactique est claire : laisser le ballon à leur adversaire qui fait totalement le jeu. Et les Etalons vont tout essayer : les percées sur les côtés, les tirs lointains. Rien n'y fait.

La défense égyptienne est une vraie muraille. Il y a toujours un pied, une tête ou carrément El Hadary, qui a sorti un nombre impressionnant de ballons sur la trajectoire. La deuxième période partira sur les mêmes bases avec un Burkina Faso qui domine largement mais pèche dans les finitions. Traoré ne cadre presque jamais ses frappes. A la surprise donc, l'ouverture du score intervient à la 66e min sur une frappe de Mohamed Salah qui crucifie Koffi Kouakou. Alors qu'on pense que l'Egypte va cadenasser sa défense, les Etalons trouvent la faille avec Aristide Bancé à la 73e min. Servi dans la surface de réparation, le joueur amortit de la poitrine avant de délivrer une frappe limpide qui ne laisse aucune chance à El Hadary. Les 19 000 spectateurs exultent.

Mais la suite, durant les prolongations, ce seront encore des ratés de Nakoulma et Traoré. Lors de l'inéluctable séance des tirs au but, le premier tireur, Said Bekhit, voit sa frappe repoussée par la main du gardien burkinabé. Alors que le Burkina Faso a l'occasion de prendre l'avantage avec le quatrième tir, du gardien Kouakou Koffi, Essam El Haday sort le ballon de la main. El Hadary sortira une derrière parade sur le tir de Bertrand Traoré (4-3). Les Egyptiens célèbrent alors que le public sort, mécontent. Le come-back est plus que réussi pour Hector Cuper et ses hommes. Ce sera la neuvième finale de l'Egypte.

Egypte

Poutine et al-Sissi signent un accord pour la 1ère centrale nucléaire égyptienne

Le Caire et Moscou ont signé ce lundi 11 décembre un accord pour la construction d'une centrale… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.