5 Février 2017

Afrique: La septième finale des Lions

La sélection nationale disputera sa troisième finale face à l'Egypte.

De leur voyage au bassin minier du Haut-Ogooué, pays du manganèse, les Lions indomptables, ont ramené un métal précieux: leur qualification pour une septième finale de CAN. Ce minerai extrait du gisement de Franceville, chef-lieu de la province, est certifié et labélisé « Hugo Broos ». La qualification sera rangée dans la soute de l'avion qui ramène Moukandjo et sa bande de copains ce matin à Libreville.

Dans deux jours, les Lions indomptables affronteront pour la troisième fois, l'Egypte en finale de coupe d'Afrique des nations. Les deux premières expériences ne furent pas concluantes. En 1986, année de la première confrontation des deux pays à ce niveau de la compétition, les Pharaons avaient arraché le trophée à Milla et à ses coéquipiers aux tirs au but dans un stade du Caire bouillant et bouillonnant. Il avait fallu attendre 2008 au Ghana pour voir encore une autre opposition entre les deux formations. Une fois encore, les Pharaons qui avaient une « Dream Team » dans le tronçon du temps 2006-2010 avaient barré la route aux Lions.

Le Cameroun s'était incliné un but à zéro. Neuf ans plus tard, les deux géants du football africain qui sortent, curieusement de deux crises, se retrouvent. L'Egypte et le Cameroun, ce sont les deux plus gros palmarès du foot africain. Ils totalisent à eux seuls presque la moitié des titres de la CAN : sept pour les Pharaons, quatre pour les Lions. L'histoire se répète. A la CAN, le Cameroun n'a perdu que les finales disputées face à l'Egypte. Pour la première finale des Lions en 1984 en Côte d'Ivoire, le Cameroun bat le Nigeria par 3 buts à 1. Quatre ans plus tard, les Lions dominent le même adversaire au Maroc.

En 2000, le Nigeria perd encore aux tirs au but sa troisième finale face aux Lions. Deux ans plus tard, c'est le Sénégal qui s'incline, à Bamako au Mali, toujours aux tirs au but. Si l'Egypte reste la bête noire des Lions indomptables, son coach, Hector Cuper, lui, traîne une grosse malédiction. L'Argentin perd toujours ses grosses finales. Notamment avec Valence FC en Espagne au début des années 2000 en Ligue des champions. Le match mettra aux prises deux adeptes du « Catenacio ». Broos et Cuper affectionnent le jeu défensif. Rendez-vous dimanche, le choc des revenants, appelons ça ainsi, s'annonce explosif.

La sélection nationale disputera sa troisième finale face à l'Egypte.

De leur voyage au bassin minier du Haut-Ogooué, pays du manganèse, les Lions indomptables, ont ramené un métal précieux: leur qualification pour une septième finale de CAN. Ce minerai extrait du gisement de Franceville, chef-lieu de la province, est certifié et labélisé « Hugo Broos ». La qualification sera rangée dans la soute de l'avion qui ramène Moukandjo et sa bande de copains ce matin à Libreville. Dans deux jours, les Lions indomptables affronteront pour la troisième fois, l'Egypte en finale de coupe d'Afrique des nations. Les deux premières expériences ne furent pas concluantes.

En 1986, année de la première confrontation des deux pays à ce niveau de la compétition, les Pharaons avaient arraché le trophée à Milla et à ses coéquipiers aux tirs au but dans un stade du Caire bouillant et bouillonnant. Il avait fallu attendre 2008 au Ghana pour voir encore une autre opposition entre les deux formations. Une fois encore, les Pharaons qui avaient une « Dream Team » dans le tronçon du temps 2006-2010 avaient barré la route aux Lions. Le Cameroun s'était incliné un but à zéro. Neuf ans plus tard, les deux géants du football africain qui sortent, curieusement de deux crises, se retrouvent. L'Egypte et le Cameroun, ce sont les deux plus gros palmarès du foot africain. Ils totalisent à eux seuls presque la moitié des titres de la CAN : sept pour les Pharaons, quatre pour les Lions.

L'histoire se répète. A la CAN, le Cameroun n'a perdu que les finales disputées face à l'Egypte. Pour la première finale des Lions en 1984 en Côte d'Ivoire, le Cameroun bat le Nigeria par 3 buts à 1. Quatre ans plus tard, les Lions dominent le même adversaire au Maroc. En 2000, le Nigeria perd encore aux tirs au but sa troisième finale face aux Lions. Deux ans plus tard, c'est le Sénégal qui s'incline, à Bamako au Mali, toujours aux tirs au but. Si l'Egypte reste la bête noire des Lions indomptables, son coach, Hector Cuper, lui, traîne une grosse malédiction.

L'Argentin perd toujours ses grosses finales. Notamment avec Valence FC en Espagne au début des années 2000 en Ligue des champions. Le match mettra aux prises deux adeptes du « Catenacio ». Broos et Cuper affectionnent le jeu défensif. Rendez-vous dimanche, le choc des revenants, appelons ça ainsi, s'annonce explosif.

Cameroun

Catastrophe ferroviaire - Eséka, un an après l'hécatombe

Point sur les poursuites judiciaires engagées contre certains ex-responsables de Camrail. Ce dossier revient… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.