8 Février 2017

Seychelles: Le projet de mariculture débutera par une nouvelle installation sur la côte est

Victoria Seychelles — Le premier projet pilote des Seychelles dans le cadre du plan directeur de la mariculture sera une nouvelle installation à Providence, sur la côte est de Mahé, a déclaré un représentant de l'Autorité de la Pêche des Seychelles « Seychelles Fishing Authority » (SFA).

L'installation d'élevage, d'acclimatation et de quarantaine (BAQF) sera située à proximité du bâtiment de la SFA et la construction commencera d'ici la fin février ou début mars. L'installation, qui a été conçue conformément aux normes internationales en matière de bonnes pratiques, commencera ses activités en fin d'année.

La mariculture est l'élevage de plantes aquatiques et d'animaux dans l'eau de mer en haute mer, dans des zones closes de l'océan ou dans d'autres endroits remplis d'eau de mer.

« La BAQF est conçue pour s'assurer que le stock de géniteurs matures [aussi connus sous le nom] reproducteurs sont bien soignés, qu'ils s'adaptent facilement aux conditions de captivité, produisent un grand nombre d'œufs de haute qualité, ont moins de problèmes de maladie et une plus grande longévité », a indiqué Veronica Alphonse-Uzice, cadre supérieur de l'aquaculture à la SFA.

Quatre espèces de poissons ont été identifiées pour le projet: le mérou brun-marbré, le vivaneau rouge, le vivaneau de mangrove et le pompano snubnosed de la catégorie des poissons.

Alphonse-Uzice a indiqué à la SNA que: «Pour assurer un approvisionnement fiable de jeunes poissons, il est nécessaire de maintenir des reproducteurs des espèces de poissons désirées ».

Le plan directeur de la mariculture fait partie du projet du gouvernement qui vise à diversifier l'économie des Seychelles, un groupe de 115 îles de l'Océan Indien occidental. Cela aidera à réduire la pression sur le secteur de la pêche, le deuxième domaine le plus important de l'économie du pays.

Pour réduire les effets néfastes, les reproducteurs proviennent des eaux des Seychelles et ceux qui sont nécessaires pour démarrer l'industrie doivent être mis en quarantaine pour s'assurer qu'ils sont sains et sans maladies.

« La collecte de reproducteurs ne peux avoir lieu qu'en décembre et en février, manquer cette période de courte durée pourrait causer un retard dans le fonctionnement du cycle du projet », a indiqué Alphonse-Uzice.

Pour éviter ce retard possible, la SFA pourrait devoir importer des alevins uniquement pour la phase initiale de recherche et de développement.

Avant la mise en œuvre du projet de mariculture, une évaluation de l'impact environnemental et social (ESIA) a été menée sur une période de neuf mois et est actuellement en cours de révision finale.

L'évaluation a révélé que l'aquaculture en cage de poissons est hautement réalisable dans les îles intérieures des Seychelles et que l'aquaculture aura potentiellement un impact positif important sur l'économie nationale.

L'aquaculture n'est pas nouvelle dans les îles des Seychelles. En 1989, la Island Development Company (IDC) et le Seychelles Marketing Board (SMB) ont créé une ferme de crevettes sur Coetivy pour produire des crevettes tigrées noires. Elle a cessé ses activités en 2009.

En 1995, une ferme d'huîtres à perles noires a commencé à Praslin, la deuxième île la plus peuplée, produisant des huîtres à lèvres noires et des huîtres ailées pour le marché des bijoux vendus au détail.

Quarantaine et acclimatation des reproducteurs, la nation insulaire investira dans un centre de recherche et de développement et des cages situées en mer.

Seychelles

Pétrole bloqué en Inde - Deux cargaisons des Seychelles et de l'Afrique du Sud attendues

La State Trading Corporation (STC) déploie les grandes manœuvres. En attendant la cargaison de 40 000… Plus »

Copyright © 2017 Seychelles News Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.