9 Février 2017

Guinée Bissau: Le Premier ministre bissau-guinéen conteste la médiation d'Alpha Condé

Photo: Umaro Sissoco Embalo/Page Facebook
Le ministre de la Guinée Bissau, M. Umaro Sissoco Embalo, saluant le Roi du Maroc, Mouhamed VI.

Crise de confiance dans la médiation de la crise bissau-guinéenne. Le Premier ministre, Umaro Sissoco Embalo, a accusé le président de Guinée-Conakry, Alpha Condé, médiateur choisi par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), de jouer un rôle négatif. Il a déclaré qu'il pourrait demander à la Cédéao de remplacer le médiateur.

Dans une interview exclusive à RFI, le Premier ministre bissau-guinéen, Umaro Sissoco Embalo, a accusé le président Alpha Condé, médiateur dans la crise qui affecte son pays depuis un peu plus d'un an, de jouer un rôle négatif, ajoutant que le médiateur était contre lui : « Moi, je sais qu'il y a Alpha Condé qui est contre moi personnellement. Il n'a pas caché ça. »

Vérité ou non, le froid existe déjà et la médiation de Conakry dans ce dossier a du plomb dans l'aile. Le Premier ministre bissau-guinéen a indiqué qu'il pourrait même demander à la Cédéao de remplacer le président Condé par quelqu'un d'autre : « Oui, nous sommes des voisins et quand il y a déjà une chose qui devient une chose personnelle, qu'il n'arrive pas même à cacher, là vraiment, il faut qu'on reconsidère notre position parce que la médiation, ce n'est pas forcer.

Quand j'ai un problème, il faut qu'on accepte que vous, vous soyez médiateur. Si déjà [pour] moi, en tant que Premier ministre aujourd'hui et le président de la République, il y a une méfiance, donc il [Alpha Condé] n'a pas les qualités pour continuer à être médiateur de la Cédéao dans notre crise. »

Le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), l'ancien parti au pouvoir, ne juge pas utile de se prononcer à propos de ce que son vice-président, Carlos Correia, a appelé une « polémique inutile » : « Ce n'est pas nous qui avions choisi Alpha Condé, mais bien la Cédéao. Si le Premier ministre Umaro Sissoco Embalo a les moyens de le faire remplacer, qu'il le règle avec la Cédéao », a indiqué Carlos Correia.

RFI a tenté en vain de joindre la présidence guinéenne à Conakry qui, elle aussi, n'a pas jugé nécessaire de se prononcer.

En savoir plus

Le président dénonce un détournement de 100 millions d'euros

En Guinée-Bissau, le président José Mário Vaz est sorti de son silence, vendredi 6 janvier,… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.