10 Février 2017

Seychelles: L'ancien président du pays, James Michel lance sa fondation pour poursuivre sa contribution dans la promotion de l'économie bleue..

interview

L'ancien président des Seychelles James Michel vient de lancer cette semaine sa fondation qui s'appelle « James Michel Fondation ».

Cette fondation aura comme but de financer des projets qui sont liées à l'économie bleue, les changements climatiques et les petites États insulaires.

L'ancien président Michel qui a toujours été un défenseur de l'environnement entend ainsi mettre à contribution des Seychelles et de la communauté internationale, son savoir-faire pour la protection de l'environnement.

La SNA a rencontré le président Michel sur les raisons qui l'ont poussée à créer sa propre fondation.

SNA : Comment vous est-il venu cette idée de créer une fondation sur l'économie Bleue ?

L'ancien président James Michel : Vous savez en général dans tous les pays quand un chef d'État termine son mandat, il crée soit une fondation soit une association pour maintenir sa contribution, car vous savez un président quand il a passé plusieurs années au pouvoir, il a une grande expérience qu'il peut mettre à disposition de son pays ou de la communauté internationale. Vous savez, j'ai encore beaucoup de courage beaucoup de force et d'énergie et je veux mettre tout cela à la disposition de mon peuple mais aussi à un niveau global ou j'ai beaucoup de respect et les gens me reconnaissent comme étant un champion de l'économie bleue, la lutte contre le changement climatique, et pour l'environnement, et je sens que j'ai le potentiel de continuer à contribuer dans ces domaines. Aux Seychelles l'État ne finance pas ce genre de fondation pour les anciens présidents, et je dois donc le faire moi-même et pour l'instant je n'ai pas d'argent, mais je le fais avec passion avec des idées et la volonté de continuer à contribuer. Avec les contacts que j'ai à l'étranger, je vais les utiliser pour mettre en place un réseau pour travailler ensemble, pour mettre en place des projets pour les bien-être des seychellois.

SNA :Comment allez-vous faire pour avoir des financements pour mettre en place les projets de la Fondation?

L'ancien président James Michel : Nous allons explorer toutes les possibilités de financement, depuis que l'on a lancé notre site internet plein de gens ont commencé à nous écrire pour avoir des informations, on va commencer à établir un réseau et écrire à plusieurs organisations et quand j'étais président, j'ai pu créer plusieurs contacts, c'est juste une question de le réactiver. Vous savez, il y a plusieurs ONG qui ont la même vocation que nous et qui ont des finances. Notre fondation va permettre à ces organisations de venir aux Seychelles pour aider au développement du pays.

SNA :Quand on parle d'économie bleue est-ce que le sujet n'est pas trop vaste, car cela comprend la mer, le changement climatique, les petits états insulaires ?

L'ancien président James Michel : C'est cela son importance parce que c'est vaste.

Prenons par exemple aux Seychelles, on a une zone océanique de 1,2 million de kilomètres carrés, dans cette étendue océanique le gouvernement a commencé un projet que j'ai initié et que le président Dany Faure est en train de continuer, car nous avons le même engagement pour le développement de l'économie bleue. Ce développement doit être géré d'une façon durable.

Mais ce qui est important pour les Seychelles, c'est de voir comment gérer notre espace océanique d'une manière durable, mais aussi de nouer des partenariats avec les autres organisations pour mettre en place des régulations pour mieux gérer l'océan .

J'ai beaucoup de respect et les gens me reconnaissent comme étant un champion de l'économie bleue, la lutte contre le changement climatique, et pour l'environnement, et je sens que j'ai le potentiel de continuer à contribuer dans ces domaines (James Michel fondation) Photo License: CC-BY

SNA :Quelles vont être les retombées pour les Seychelles ?

L'ancien président James Michel : Cette fondation va continuer de faire ce que l'on appelle « la diplomatie bleue ». Aux Seychelles, il y a l'État qui fait déjà son travail, mais ma fondation va contribuer à sensibiliser les autres pays sur la gestion de l'économie bleue. Les financements que nous obtiendrons vont aider les entreprises locales, et les bourses d'études que nous obtiendrons seront mises à disposition des jeunes seychellois, qui nous permettront de développer des futurs scientifiques.

La fondation envisage aussi d'organiser des conférences aux Seychelles où les scientifiques pourraient avoir des échanges d'idées.

SNA :Comment s'est passé le choix des membres de votre fondation ?

L'ancien président James Michel : On a essayé de rassembler des scientifiques dans le domaine de la biologie marine, des hommes d'affaires qui sont impliqués dans le tourisme et qui ont des bateaux de pêche , et des gens qui sont passionnés par l'économie bleue.

On a essayé de mettre en place des gens qui vont travailler à sa promotion, car cette fondation doit grandir.

SNA :Est-ce que vous aimez la mer ?

L'ancien président James Michel : Je suis un enfant de l'océan !

Les îles sont la sentinelle de l'océan.

Je suis née sur une île entourée de la mer et naturellement j'aime la mer, qui est une source d'inspiration pour réaliser beaucoup de rêves.

Seychelles

Epidémie - Un cas de peste importé confirmé aux Seychelles

L'épidémie de peste à Madagascar a été exportée aux Seychelles. Ce pays aurait… Plus »

Copyright © 2017 Seychelles News Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.