15 Février 2017

Burkina Faso: Attaques terroristes au Burkina - « Les djihadistes ont commis la plus grave erreur de leur existence... », selon Christian Boglo

L'homme est connu pour ses propos souvent dérangeants. Lui, c'est le frère Christian Boglo, homme de prières et de jeûnes, rédacteur en chef du Journal des révélations (JR). Il était face à la presse, hier 14 février 2017, où il s'est penché sur plusieurs sujets, notamment le phénomène djihadiste, la future victoire des Etalons à la Coupe du monde, etc.

Une conférence de presse bien particulière, pourrait-on qualifier celle tenue hier 14 février 2017 par Christian Boglo, bien connu des Burkinabè pour n'avoir pas sa langue dans sa poche. En effet, en lieu et place d'une conférence de presse comme on a l'habitude d'y assister, c'est à des révélations, prêches, mises en garde et bénédictions que les Hommes de médias ont eu droit. Et ceux qui devront avoir le sommeil trouble sont les djihadistes qui ont décidé de créer amertume et désolation au Burkina Faso.

Tout compte fait, Christian Boglo a été clair : les djihadistes, en s'attaquant au Burkina Faso et à son peuple, ont créé les conditions de leur propre mort. « Mes frères et sœurs djihadistes ont commis l'erreur la plus grave et la plus dommageable de leur existence. Il ne fallait, au grand jamais, à tout jamais s'attaquer à la terre et au peuple du Burkina Faso, et plus grave faire couler le sang de ce peuple... Retenez que si le frère Christian Boglo n'a pas été tué et vit, cela veut dire que le djihadisme ne vivra pas, ne pourra pas continuer », a-t-il déclaré. La raison, il l'explique en ces termes : « le Burkina Faso et son peuple jouissent d'un amour spécial et particulier, de la part du Dieu Tout-Puissant, Allah le Miséricordieux et de son fils ressuscité... Mes frères et sœurs djihadistes se sont ainsi condamnés, en s'attaquant aux habitants du Burkina Faso.

Ils ont ainsi créé les conditions de leur autodestruction et disparition définitives. Le Burkina Faso est une terre bénie, choisie par Israël, par Dieu le Tout-Puissant. Le Tout-Puissant veille en tout temps sur le Burkina Faso et rien de grave ne va se passer. Et les djihadistes ont commis l'erreur la plus grave en s'attaquant à cette Terre et surtout en faisant couler le sang des enfants de Dieu. Il ne fallait jamais faire cela... .Car les projets que Dieu le Tout-Puissant a gravés sur le Burkina Faso et son peuple... ne sont que des projets de bonheur.

L'Eternel des armées a prédestiné la terre du Burkina Faso et son peuple à un avenir plein d'espérance ». Selon lui, le Burkina Faso est « prédestiné à être la lumière de l'Afrique » et des gens viendront de par le monde entier pour s'y installer. Des révélations qui ont été reçues suite à ses multiples prières et jeûnes. « Quand je fais des révélations, ce n'est pas un idiot qui a bu son vin qui se lève pour parler. Je suis tout le temps en jeûne, pour le pays surtout, parce que j'aime mon pays. Je l'aime beaucoup parce qu'il souffre beaucoup et je veux que cela cesse », a-t-il avoué.

« Les Etalons remporteront la prochaine Coupe du monde »

Et l'autre révélation faite, qui est loin de déplaire aux Burkinabè, aura été l'annonce de la future victoire des Etalons à la prochaine Coupe du monde. A ce niveau, l'homme d'église a confié que « les Etalons remporteront la Coupe du monde ». Mais pour y parvenir, il va falloir, a-t-il relevé, que les Burkinabè sèment l'amour et le pardon sincères entre eux. Par ailleurs, il a lancé un appel au président de la Fédération burkinabè de football (FBF), Sita Sangaré, à « arrêter de voter un budget pour le wack » car « les pratiques occultes ne sont qu'une manipulation du démon ». Pour terminer, il a exhorté les joueurs à beaucoup travailler.

Travailler, encore travailler pour une justice plus indépendante, tel est aussi le vœu de Christian qui s'est dit déçu pour avoir espéré qu'après l'insurrection populaire de 2014, une nouvelle ère se lèverait sur la justice qui, a-t-il soutenu, « est un bien thérapeutique, un médicament très important pour une société ». Une mue qui ne s'est pas opérée car il y a, à son avis, toujours des juges, des magistrats corrompus. « Il faut qu'on se réveille pour que la justice, surtout que ses hommes sont bien payés et veulent que leur gardiens et cuisiniers soient payés, assume ses responsabilités », a-t-il dit.

Quant aux hommes politiques, surtout au trio Roch Kaboré- Salifou Diallo et Simon Compaoré, Christian Boglo les invite à s'humilier, à s'abaisser pour écouter le peuple.

Le rédacteur en chef du Journal des révélations (JR) a condamné tous ces gens qui prennent son nom et sa photo pour écrire des articles. « Je n'ai jamais rien publié sur le net, mais c'est bien sur le net que des gens ont pris ma photo, mon nom et publient des articles, mettent leur bouche dans n'importe quoi pour ensuite le faire porter sur le compte du frère Christian Boglo...

C'est très dangereux. On dirait que notre jeunesse a perdu la tête. On ne doit pas prendre le nom de n'importe qui pour aller faire du n'importe quoi. Tu ne sais pas qui il est, ce qui peut t'arriver », a-t-il mis en garde. A tous ceux qui lui ont fait du tort, Christian Boglo dit avoir pardonné et s'est résolument engagé à continuer de parler avant que ce ne soit trop tard.

Burkina Faso

Affrontements entre peuls et dogons au Mali

Que s'est-il passé exactement dans le cercle de Koro dans le centre du Mali à la frontière avec le… Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.