16 Février 2017

Cote d'Ivoire: Education nationale et enseignement technique - Kandia annonce le redéploiement de 1314 enseignants syndicalistes

Fini la récréation. L'Etat de Côte d'Ivoire a décidé de prendre toutes ses responsabilités, vis-à-vis du monde syndical au niveau du système éducation formation. Le premier acte fort qui sera posé en la matière sera le redéploiement à l'intérieur du pays, dans les prochains jours, de 1314 enseignants syndicalistes qui sont à Abidjan.

Invitée sur les antennes de la RTI, le 14 février dernier, Kandia Camara, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement technique et de la Formation professionnelle, a révélé que ces derniers ne travaillent plus depuis des mois mais perçoivent leurs salaires. « Nous trouvons cela inadmissible.

Nous avons pris la décision de redéployer les enseignants là où il y a le besoin », a lancé Kandia Camara. Ajoutant que le gouvernement ne doit plus rien aux enseignants du secteur public de l'Education.

« De 2011 à aujourd'hui, le salaire des enseignants a été multiplié par deux. Et je voudrais dire aux enseignants que ce n'est pas pour toutes les revendications qu'on va à la grève », a expliqué le première responsable de l'Ecole ivoirienne.

Qui a par ailleurs invité toute la communauté éducative à se mobiliser autour de l'école. « (...) Mobilisez -vous pour qu'il n'y ait plus de grève. Il faut qu'on aille à une trêve sociale », a-t-elle plaidé.

Se prononçant sur le réaménagement du calendrier scolaire qui supprime les congés de février et réduit de façon significative les congés de la Pâques, le ministre a expliqué que cette décision a été prise pour la réussite des élèves de Côte d'Ivoire.

« Le réaménagement du calendrier scolaire permet de rattraper les trois semaines de cours perdus et également de crédibiliser nos diplômes.

Car, nous sommes dans un monde globalisé », a-t-elle justifié. Avant de préciser que malgré le nouveau calendrier scolaire, sur 365 jours de l'année, les enseignants ne travaillent que 165 jours. Ils ont 200 jours dans l'année pour faire leurs courses.

Selon Kandia Camara, dans tous les pays au monde, c'est au moins 05 jours de classe par semaine. Le quantum horaire normal par an, a-t-elle relevé, est de 1000 heures de cours. Alors que la Cote d'Ivoire en est à 990 heures malgré le réaménagement.

Pour ce qui est des cours de mercredi, le ministre a souligné qu'elle vise à améliorer le niveau des élèves car nombre d'Ivoiriens s'accordent à dire que le niveau des élèves "est très bas". Ce qui justifiait d'ailleurs les cours de renforcement que les instituteurs organisaient les mercredis.

Et ce, moyennant de l'argent. Les taux allaient, selon Kandia Camara, de 200 ou 300 francs par jour à 5000 FCFA par mois. Etant donné que tous les parents n'ont pas les moyens de payer ces cours à leurs enfants, le Gouvernement, dans sa dynamique de gratuité de l'école, a institué la demi-journée du mercredi. Toute chose qui a suscité la colère des enseignants.

Le ministre a donc fait savoir que plus de 100 directeurs d'écoles, hostiles à cette mesure, ont été sanctionnés par ses services. Le ministre Kandia, déterminée à trouver une solution aux problèmes de l'école ivoirienne, s'est engagée à organiser les mois à venir, un "grand séminaire" pour faire l'état des lieux afin d'envisager des solutions.

Cote d'Ivoire

Sérieuses turbulences liées aux revendications financières

Une mutinerie qui a secoué toutes les grandes villes du pays la semaine dernière, des heurts violents et… Plus »

Copyright © 2017 Le Patriote. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.