16 Février 2017

Afrique: Régulation et innovations constantes dans les assurances - La voie pour la croissance durable du secteur dans le continent

Recherche de modèle de rupture pour accélérer la croissance du marché de façon transversale. Telle est en substance l'objectif que se sont fixés les 1300 acteurs du secteur de l'assurance en conclave à Marrakech depuis lundi. Les panels organisés respectivement aux deuxième et troisième jours de cette 41ème Assemblée générale annuelle de la Fédération des sociétés d'assurance de droit national africaines (FANAF), ont fait ressortir que seul les réformes pour une régulation mieux intégrée, une mise à niveau, et l'innovation permettront de conforter et parachever la dynamique de croissance du secteur.

S'il y a des points sur lesquels ont été d'accord les participants à la 41e Assemblée Générale de la PANAF, c'est bien les constats selon lesquels l'Afrique dispose d'un secteur d'assurance à deux vitesses, et que seules les réformes et l'innovation peuvent constituer des garants de l'avenir.

Ces constats ressortent des deux panels qui ont rythmé les journées de mardi et mercredi. Le mardi les congressistes ont ouvert les débats autour de « la couverture des catastrophes naturelles et des risques environnementaux ».

Régulation, régulation, régulation !

Face à la mise en musique du futur standard de capital international (ICS : Insurance capital standard) qui devait entrée en vigueur en 2018, l'assurance africaine devra se donner les moyens pour rester dans la mouvance de la mondialisation et en tirer pleinement profit.

La régulation du secteur, rigoureux dans certains pays, et un peu laxiste dans d'autre a été au centre des débat. Selon Romain Paserot, secrétaire général adjoint de l'IAIS, elle joue un rôle capital dans la survie du secteur.

Il invite les pays qui en font défaut à trouver la solution rapidement pour ne pas rater le virage qu'est entrain de prendre le secteur. Pour lui, la régulation est convoquée pour accélérer la croissance du marché.

En Afrique, quoi qu'on dise l'Assurance reste un des secteurs les plus organisés et que les pays en retard sur certains aspects peuvent compter sur les autres ou même sur les partenaires européens (France et Suisse... ).

L'expérience du Maroc (deuxième marché africain des assurances) en la matière, exposée entre autres par Bachir Baddou, Directeur général de la FMSAR et Emmanuel Brule de Saham Finances, tout comme celle suisse présentée par Tavaziza Madzinga de Swiss Re ont été inspirantes.

Selon Bachir Baddou « le marché marocain a travaillé longtemps avec son autorité de supervision pour construire un système de couverture qui puisse être soutenable pour les assureurs et les réassureurs en donnant une couverture substantielle aux assurés ».

Obligation d'un nouveau positionnement du secteur face aux mutations

Il a été question dans les travaux, du nouveau positionnement du secteur face aux mutations. Car même si le renforcement du tissu industriel et l'amélioration du pouvoir d'achat permettent une croissance solide et soutenue, l'efficacité et la pérennité repose sur une mise à niveau et des innovations constantes tant dans la gestion que dans l'organisation de l'offre.

Il s'agit à court voir moyen termes, souligne Bachir Baddou de « migrer vers une couverture paramétrique qui faciliterait la surveillance et accélérerait les expertises et donc le déblocage plus rapide des indemnités par exemple ».

Ce panel sur « la couverture des catastrophes naturelles et des risques environnementaux » a également été une belle occasion pour la Banque Africaine de Développement (BAD) de présenter son Fonds Obligatoire Domestique lancé en décembre dernier , doté d'un capital de départ de 25 millions de dollars.

À l'issue de ces échanges où les articles 13 et 308 sont souvent revenus, les acteurs se sont mis d'accord sur une réglementation adaptée, sans concession à la qualité, et à la remise du client au centre des préoccupations des professionnels.

Afrique

Drogue dure - Madagascar, plaque tournante du commerce illicite

Après que les services dématérialisés de la douane de Mamory Ivato, ont découvert les… Plus »

Copyright © 2017 Le Journal de l'Economie Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.