16 Février 2017

Sénégal: Pêche illégale - Des milliards engloutis faute de bonne gestion

Un nouveau rapport de la Banque mondiale, intitulé The Sunken Billions Revisited: Progress and Challenges in Global Marine Fisheries, confirme une intuition largement partagée : la surexploitation n'est pas une bonne façon de gérer les ressources naturelles renouvelables comme les poissons si l'on souhaite pérenniser les profits, les emplois et la croissance lies à la pêche.

En effet, à l'échelle mondiale, on estime à 83 milliards de dollars le manque-à-gagner pour le secteur halieutique en 2012 par rapport à un scénario optimal, en grande partie à cause de la surpêche.

Ce rapport, qui s'appuie sur un modèle bioéconomique conçu par le professeur Ragnar Arnason, de l'université d'Islande, vient actualiser une étude publiée en 2009 par la Banque mondiale et la FAO intitulée The Sunken Billions: The Economic Justification for Fisheries Reform.

En quantifiant précisément le manque-à-gagner potentiel pour les pêches maritimes mondiales, cette étude plaidait pour une amélioration urgente de la gouvernance du secteur et a permis de relancer la dynamique en faveur de la reconstitution des réserves de poissons.

Depuis, la Banque mondiale et ses partenaires ont œuvré avec différents pays pour placer le secteur de la pêche sur une trajectoire plus durable. Voici un aperçu d'un certain nombre d'initiatives récentes ou en cours qui présentent différents éléments de solutions prometteuses.

Sénégal

Chavirement d'une pirogue à Bettenty - Le bilan est passé à 21 morts

21 morts, c'est le nouveau bilan du chavirement de la pirogue survenu avant-hier, lundi 24 avril, à Bettenty dans… Plus »

Copyright © 2017 Le Journal de l'Economie Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.