16 Février 2017

Burkina Faso: Chenilles légionnaires - Vite, il faut stopper leur marche funeste

Comment, diable, ont-elles donc débarqué en Afrique ? Sans doute, pensent les spécialistes de la question, par le biais de l'importation de plantes en provenance d'Amérique. Puisque les maladies, qu'elles soient humaines, animales ou végétales, à l'image de l'homme, ne connaissent pas non plus de frontières.

Que les chenilles légionnaires d'automne soient venues par ce canal et /ou par tout autre moyen, il suffit de voir les images des dégâts qu'elles causent dans les champs pour réaliser leur degré de notoriété.

Depuis quelques mois en effet, ces insectes rampants font des ravages en Afrique australe, notamment au Zimbabwe, en Zambie, au Mozambique, au Malawi, en Namibie et en Afrique du Sud, dévastant tout sur leur passage, faisant désormais planer le spectre de la famine sur cette partie du continent.

Et pas que. Car depuis, ce qu'il est convenu maintenant d'appeler « peste verte » aurait traversé la forêt équatorienne pour frapper à nos portes, puisqu'on la signale au Ghana voisin. Et ce n'est pas fini, étant donné que des scénarios catastrophes parlent de l'invasion de ces insectes en Asie et en Méditerranée.

Un véritable ennemi donc à combattre avec la plus grande vigueur. On comprend bien que le Zimbabwe et le Mozambique fassent intervenir leurs armées respectives, car c'est d'une guerre planétaire qu'il s'agit.

Une guerre à l'issue d'autant plus incertaine que nos voraces légionnaires, qui s'attaquent, sans discriminer, au maïs, au riz, au sorgho, à la canne à sucre, aux fruits secs et à la betterave descendraient dans le sol pour s'abriter des pesticides.

Et avec la terre, elles se formeraient, à en croire les scientifiques, un cocon protecteur pour pouvoir progresser dans des galeries souterraines. Même le maïs transgénique (OGM), réputé inattaquable par les larves, ne serait pas épargné.

Comble de malheur, ces bestioles, qui peuvent voler lorsqu'elles se transforment en papillons, transportent chacune près de 1000 œufs. Autant dire qu'elles sèment à tout vent.

Ce n'est pas un conflit ouvert dans on ne sait quelle partie du globe comme on en voit régulièrement, ce n'est pas non plus une guerre asymétrique dans des sables mouvants, mais la progression de ces redoutables légionnaires est suffisamment grave pour faire trembler la maison de verre de Manhattan, qui a dû convoquer, mardi 14 février dernier, une réunion d'urgence à Harare, qui semble être l'épicentre, pour déterminer la riposte appropriée.

Il faut donc espérer que de la cogitation de ces têtes d'œuf cornaquées par l'ONU sortent des mesures vigoureuses pour limiter les dégâts et conjurer la catastrophe qui se profile à l'horizon.

Burkina Faso

Zéphirin Diabré - «L'hémicycle et la ville de Ouaga seront étroites pour le gouvernement Kaba Thiéba si... »

L'opposition politique par la voix de son chef de file n'entend pas se laisser intimider par ce qu'elle qualifie de… Plus »

Copyright © 2017 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.