18 Février 2017

Seychelles: Afin d'éliminer le plastique au pays, le gouvernement intensifie la mise en application

Victoria Seychelles — L'interdiction de l'importation de sacs en plastique et autres articles aux Seychelles est en vigueur depuis plus d'un mois, et des responsables du département de l'environnement affirment qu'ils veillent à ce que la nation insulaire adhère aux nouvelles règlementations.

La décision d'interdire l'importation des boîtes à déjeuner en polystyrène et des sacs, assiettes, coupelles et couverts en plastique a été prise par le Cabinet des ministres des Seychelles en septembre dernier. Mise en vigueur en janvier, ces articles devraient être progressivement éliminés des magasins en juillet dans l'archipel insulaire de l'océan Indien occidental.

L'interdiction ne s'applique pas aux matières plastiques utilisées dans le secteur agricole, aux emballages industriels vendus dans des conditions de congélation et aux matières plastiques utilisées pour l'élimination des déchets tels que les sacs poubelles.

La directrice générale de la conservation et de la gestion de la biodiversité, Marie-May Muzungaile, a déclaré à la SNA: «Nous travaillons en étroite collaboration avec la division du commerce pour examiner toutes les demandes de permis d'importation. Nous sommes également en train de surveiller activement les détaillants connus et nous sommes en contact permanent avec les plus gros détaillants pour nous assurer que les plastiques n'entrent plus dans le pays ».

Des Seychelles sans sacs en plastique est une campagne qui a été lancée en 2015 par le Centre d'Objectifs des Jeunes SIDS 'SIDS Youth Aims Hub' (SYAH) visant à encourager la population de l'archipel, soit environ 93 000 personnes, à opter pour des sacs réutilisables, un effort pour réduire les déchets en plastique sur les îles.

Les importateurs et les détaillants devront trouver d'autres moyens pour remplacer les produits plastiques interdits, comme les sacs en papier (Joe Laurence, Seychelles News Agency) Licence Photo: CC-BY

Muzungaile a indiqué, « l'interdiction du plastique était nécessaire pour alléger la quantité de sacs en plastique qui s'empile en permanence à la décharge des Seychelles ».

Elle a ajouté que l'autorité dépense des centaines de millions de roupies pour la gestion des déchets solides, pour le déparasitage des rivières et des marais de tous les types de déchets, y compris les plastiques.

Un délai de grâce plus long, demandé par les détaillants, n'a pas encore été accordé et Muzungaile a indiqué à la SNA: «Comme cela a été expliqué lors de la réunion consultative d'octobre de l'année dernière, ces demandes ne pourraient être considérées qu'à l'approche de la date limite et seulement pour les détaillants dans des cas extrêmes ».

L'Association des Détaillants des Seychelles, qui a demandé un délai de grâce plus long au lieu des six mois proposés par le département de l'environnement, a déclaré qu'elle n'a pas encore reçu de retour, mais elle se félicite de l'utilisation de produits biodégradables.

« Nous ne sommes pas ici seulement pour faire des affaires, nous sommes également ici pour préserver la beauté de notre environnement », a déclaré le président de l'association, Karumbaiyan Cholorajan.

La Seychelles Trading Company (STC) est l'une des premières entreprises à annoncer qu'elle a complètement supprimé les sacs en plastique, le remplaçant par des alternatives biodégradables.

Les déchets plastiques représentent près de 30% des déchets aux Seychelles, selon une étude provisoire de la décharge des Seychelles.

Seychelles

Pétrole bloqué en Inde - Deux cargaisons des Seychelles et de l'Afrique du Sud attendues

La State Trading Corporation (STC) déploie les grandes manœuvres. En attendant la cargaison de 40 000… Plus »

Copyright © 2017 Seychelles News Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.