21 Février 2017

Sud-Soudan: Au nord, des taux de malnutrition infantile alarmants

Photo: Photo OCHA
Deux enfants portent de l’eau à Leer, dans l’Etat d’Unité, au Soudan du Sud.
communiqué de presse

Au Soudan du Sud, la poursuite des violences dans les comtés de Mayendit et Leer (État d'Unité) a un grave impact sur la population locale. Hommes, femmes et enfants sont régulièrement obligés de fuir leurs foyers pour échapper aux combats et luttent pour subvenir à leurs besoins de base, tels que l'accès à de la nourriture, de l'eau et des soins de santé. Au cours des dernières semaines, les équipes de MSF ont observé des taux de malnutrition particulièrement élevés et ont lancé une intervention d'urgence pour soigner les enfants les plus sévèrement atteints.

« L'extrême niveau de violence a eu de graves répercussions sur la capacité des populations à satisfaire leurs besoins fondamentaux tels que l'eau potable, les vivres, les abris et les soins de santé, déclare Nicolas Peissel, coordinateur du projet MSF. Les gens ont tout perdu et se battent tous les jours pour survivre. »

En janvier, des équipes d'agents de santé communautaire MSF ont constaté que dans les régions de Dablual et Mirniyal, dans le nord du comté de Mayendit, situé dans l'État d'Unité, 25% des enfants de moins de cinq ans souffraient de malnutrition aiguë.

« Cela signifie que le quart des enfants que nous avons reçus en consultation dans nos cliniques souffrent de malnutrition et que près d'un dixième sont sévèrement atteints, dit Nicolas Peissel. Ces chiffres sont extrêmement inquiétants. »

En réponse, MSF a développé les activités ambulatoires qu'elle menait déjà dans la région au cours de la dernière semaine pour inclure le traitement de la malnutrition.

En raison de la situation sécuritaire tendue dans la région, il est actuellement impossible pour les équipes de MSF d'ouvrir un hôpital ou même de référer les patients vers un autre établissement de santé, ce qui les mettrait en danger ainsi que le personnel médical.

Dans de telles conditions, fournir des soins de santé est un défi majeur, d'autant plus que les gens se déplacent constamment d'un endroit à l'autre, en quête de sécurité.

Nyayolah est arrivée à une clinique MSF avec ses jumeaux âgés d'un an, tous deux souffrant de malnutrition. « En octobre et en novembre, nous avons dû fuir trois fois notre village pour nous cacher dans la brousse, dit-elle. Nous avons appris à écouter le bruit des voitures et des chars des hommes armés et nous avons attrapé ce que nous pouvions avant de nous enfuir.

Les hommes armés nous ont tiré dessus et ont pillé nos maisons. J'ai couru avec mes jumeaux dans les bras et ma fille de quatre ans à mes côtés.

Par moment, nous avons vu des gens tomber à terre après qu'ils aient été touchés par une balle, ou se débarrasser de leurs affaires parce qu'ils ne pouvaient pas courir assez vite. Nous nous sommes cachés dans la brousse jusqu'à la nuit et sommes revenus quand les soldats sont partis. Chaque fois que cela s'est produit, nous avons perdu quelque chose de plus.

Notre bétail, nos chèvres et nos poulets ont disparu, puis nos récoltes, et enfin nos maisons ont été pillées et brûlées. »

Quelques semaines plus tard, Nyayolah et sa famille ont pris la décision de quitter leur maison et de chercher un abri sur une île dans les marécages. Durant le trajet qui a duré 17 heures, ils ont survécu en buvant l'eau des marais, se nourrissant du peu de vivres qu'ils avaient pu emporter avec eux.

« Les gens sont en mouvement parce qu'ils fuient constamment la violence, cherchent un refuge sûr pour leur famille ou simplement de quoi survivre, explique Nicolas Peissel.

S'ils entendent parler d'une distribution de nourriture, par exemple, ils vont aller dans cette direction. Nous devons donc constamment ajuster nos activités médicales en fonction des mouvements de population. »

Les perspectives pour les prochains mois sont sombres, car la saison sèche actuellement en cours - soit la période qui précède les récoltes - est susceptible de rendre encore plus difficile l'accès à la nourriture.

Sud-Soudan

1,72 milliard de dollars nécessaires pour aider 6 millions de personnes en détresse (ONU)

La communauté humanitaire au Soudan du Sud a lancé mercredi un appel de 1,72 milliard de dollars pour… Plus »

Copyright © 2017 Medecins Sans Frontieres. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.