28 Février 2017

Afrique de l'Ouest: Tracasseries - La MCC veut l'arrêt du paiement des 1000 FCFA aux frontières avec la Gambie et la Guinée Bissau

Ziguinchor — La Maison des citoyens de la CEDEAO (MCC) de Ziguinchor (sud) a posé mardi des panneaux de sensibilisation et d'information le long du corridor Ziguinchor-Séléty, en vue de la levée des contraintes qui entravent la libre circulation des personnes et des biens sur cet axe routier, a constaté l'APS.

Au cours d'une caravane d'observation, de sensibilisation et d'information, les responsables de la MCC, accompagnés des chefs de quartier, des élus locaux et des structures de jeunesse ont parcouru la route Ziguinchor-Séléty en passant par Bignona, Kataba et Diouloulou.

Une action destinée notamment à réclamer l'obligation faite aux chauffeurs de payer une somme de 1000 francs aux frontières avec la Gambie et la Guinée Bissau, en violation des règles de libre circulation dans la CEDEAO.

"Le but est de constater, ensemble avec les différents acteurs, les entraves à la libre circulation des personnes et des biens sur ce corridor, lister le nombre de contrôles, et surtout, d'appeler à l'arrêt du paiement des 1000 FCFA par les chauffeurs", a expliqué le coordonnateur de la MCC, Alexandre Gomis.

"Il n'est pas normal que des gens qui appartiennent à l'espace de la CEDEAO payent en circulant sur l'espace communautaire. Tout au long des frontières, des camions remplis parfois de marchandises périssables sont bloqués pendant des jours, voire des semaines. C'est contraire à l'esprit de la CEDEAO", a regretté M. Gomis.

A l'étape de Bignona de cette caravane, le maire Mamadou Lamine Keita a salué une "initiative heureuse qui mérite le soutien et l'adhésion des populations et des collectivités locales".

"Les frontières ont été déterminées sans tenir compte de nos propres intérêts. Il s'agit d'un véritable problème pour l'Afrique parce qu'ailleurs la délimitation des frontières répond à des réalités géographiques, historiques et même sociologiques", a dit M. Keita, appelant à engager le combat pour "effacer les frontières, ne serait-ce que sur le plan psychologique et économique".

"Les tracasseries deviennent monnaie courante dans les corridors sous régionaux. Les chauffeurs sont bloqués tout le temps parce que les procédures sont lourdes, avec un nombre important de papiers exigés avant le passage de personnes et des marchandises", a réagi de son côté Youssouph Sagna, secrétaire général du Regroupement des chauffeurs et transporteurs de Bignona.

La Maison des citoyens de la CEDEAO est un projet d'Enda CACID (Centre africain pour le commerce, l'intégration et le développement), dont les missions reposent sur la libre circulation des marchandises et des personnes, la facilitation du commerce intra régional et le renforcement de la citoyenneté communautaire.

Sénégal

Des jeunes de la banlieue qui domptent leur environnement urbain

Les enfants et jeunes marginalisés de la banlieue pauvre de Dakar prennent de plus en plus leur… Plus »

Copyright © 2017 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.