9 Mars 2017

Guinée Equatoriale: Zone Cémac - Malabo abritera un atelier régional sur la transparence dans les industries extractives

La capitale équato-guinéenne va accueillir du 13 au 17 mars prochain une session de formation des Organisations de la société civile (Osc) du Gabon et de la Guinée Equatoriale sur le management des groupes. Objectif : outiller et structurer ces Osc, afin qu'elles militent efficacement pour la transparence et la bonne gouvernance dans l'exploitation des ressources extractives de leurs pays respectifs.

Cette initiative régionale s'inscrit dans le cadre des activités du Projet de renforcement de la gouvernance des matières premières (Remap-Cémac), né d'un Accord-Cadre entre la Commission de la Cémac et le ministère allemand de la coopération. D'après les initiateurs de cette activité, il s'agit d'amener les acteurs de la société civile à pouvoir contribuer de sorte que les retombées de l'exploitation des matières premières extractives de ces pays permettent leur émergence et améliorent les conditions de vie des populations.

Les industries extractives dans la sous-région Afrique centrale constituent un secteur fortement exposé à la corruption et à de multiples tentations ; mobiliser les forces vives de la société civile va aider à l'instauration d'un débat national et régional sur l'importance d'une gestion vertueuse des ressources naturelles (fer, or, diamant, pétrole, cuivre...), dont les bénéfices ne profitent qu'aux populations locales.

La Commission de la Cémac s'est engagée dans ce contexte à appuyer la mise en œuvre de l'« Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) » dans les Etats membres ayant adhéré à l'ITIE, à travers des échanges et sessions de renforcement des capacités des parties prenantes.

Au sujet de la session de formation qui s'ouvrira le lundi 13 mars 2017, trente représentants des Osc du Gabon et de la Guinée Equatoriale vont prendre part à l'atelier qui sera animé par des experts locaux et des formateurs de la Coopération allemande (GIZ).

Soulignons que les partenaires de la GIZ collaborent avec les différents acteurs de la sous-région (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale et Tchad) pour plus de transparence et de meilleure gestion dans l'exploitation des ressources extractives. Le 25 janvier dernier, la Commission de la Cémac avait reçu à Yaoundé (Cameroun) un logiciel informatique des connaissances, un don du Remap-Cémac financé par la GIZ.

Le lancement de cette session de formation destinée aux Osc du Gabon et de la Guinée Equatoriale sera la première phase d'une série d'ateliers annoncés courant le premier semestre 2017 à Malabo et Libreville. Précédemment en 2014-2015, ces formations ont été menées de manière jumelée à l'intention des OSC du Cameroun et de la République centrafricaine. Par contre en 2016, les mêmes formations ont été adressées aux OSC de la République du Congo et du Tchad.

Guinée Equatoriale

Khadim Diop participe au Sommet de Malabo sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies

Le ministre de l'Intégration africaine, du NEPAD et de la promotion de la bonne gouvernance, Khadim Diop… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.