10 Mars 2017

Afrique: L'instabilité en Libye, une menace pour les intérêts américains sur le continent

Photo: RFI
De la fumée s'élève au dessus de la zone de combats entre milices islamistes et troupes du général Khalifa Haftar, non loin de l'aéroport de Benghazi, en Libye, le 23 août 2014.

Washington — Le chef du commandement militaire américain en Afrique (Africom), le général Thomas D. Waldhausser, a déclaré que l'instabilité en Libye constituait à court terme "la menace la plus significative" pour les intérêts des Etats-Unis et ses alliés dans le continent.

Au cours de son audition jeudi par la commission des services armés du Sénat américain, le général Waldhausser a souligné que "la multiplication des milices et les fractures entre les factions de l'est et de l'ouest ont exacerbé la situation sécuritaire" en Libye.

La détérioration des conditions sécuritaires en Libye a facilité le mouvement "des combattants étrangers" et risque d'impacter la Tunisie et l'Egypte et la région du Maghreb en général a-t-il indiqué.

Africom qui a mené en janvier ses dernières frappes contre les positions de l'organisation terroriste autoproclamée "Etat islamique" (Daech/EI) à Syrte, "s'emploie à protéger les intérêts américains et à permettre à nos partenaires africains de contenir l'instabilité" en Libye et au Sahel, a ajouté Waldhausser au cours de cette audition consacrée aux actions menées par Africom pour protéger les intérêts américains dans le continent.

Il a estimé que la stabilité en Libye "est une proposition à long terme qui exige une patience stratégique, alors que le gouvernement d'union nationale (GNA) se forme et se développe".

"Nous devons maintenir la pression sur Daech et ce en parallèle avec les efforts menées en Libye pour progresser dans la réconciliation politique" a-t-il dit.

"Nous continuons à soutenir l'effort diplomatique et de stabilisation de la Libye (... ) nous devons également continuer à promouvoir le développement d'une gouvernance efficace et veiller à ce que les droits de tous les Libyens soient respectés", a-t-il déclaré.

En outre, "la Chambre des Représentants et l'Armée nationale libyenne doivent jouer un rôle constructif dans la formation d'un gouvernement libyen fonctionnel et unifié", a expliqué le chef d'Africom.

Il a relevé que la formation d'un gouvernement libyen unifié demeure "incertaine" du moins "dans un avenir prévisible", en expliquant qu'"une solution sécuritaire structurée" incluant la chambre des représentants de Tobrouk et l'armée nationale Libyenne, "est la voie à suivre" pour arriver à cet objectif.

Soulignant les difficultés des Etats-Unis à influencer le processus de réconciliation, le chef d'Africom a noté que l'administration américaine doit choisir soigneusement ses partenaires en Libye.

"Nous devons soigneusement déterminer quand et avec qui nous allons travailler pour contrer Daech afin de ne pas modifier l'équilibre entre les différentes factions libyennes et provoquer l'escalade en Libye", a-t-il soutenu.

Waldhausser a indiqué que les opérations d'Africom en Libye visaient à soutenir l'effort de la coalition internationale contre Daech. L'opération Oddyssey Lightning a permis de libérer Syrte mais n'a pas réussi pour autant à éliminer les risques que présente le groupe terroriste Daech, a-t-il enchaîné.

Pour lutter contre l'instabilité dans la région, Africom a renforcé sa coopération avec la Tunisie, un allié majeur non membre de l'OTAN, a-t-il ajouté.

Les actions de coopération avec Tunis comprennent, entre autres, un appui aux forces spéciales tunisiennes et un renforcement des capacités sécuritaires aux frontières, selon le chef d'Africom.

Le commandement américain apporte également un soutien et une assistance aux services de renseignement tunisiens et compte aider la Tunisie à créer une école du renseignement.

Dans la région du Sahel, le général Waldhausser a précisé que les Etats-Unis "continuaient à soutenir les opérations de la France contre Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI)" et cherchent à accroître sa coordination avec Paris sur ce dossier.

"Nous sommes en quête d'opportunités pour jouer un rôle actif dans la lutte contre AQMI et soutenir une gouvernance inclusive (à) qui est la clé pour la protection de nos intérêts dans la région", a-t-il encore fait savoir.

Libye

La découverte de corps fait craindre un important naufrage en Méditerranée

L'équipage du navire de secours en mer d'une organisation humanitaire espagnole a fait une découverte… Plus »

Copyright © 2017 Algerie Presse Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.