14 Mars 2017

Cameroun: Les changements climatiques au rendez-vous

En ce début de campagne dans la partie méridionale du pays, il faut tenir compte de la météo qui perturbe le calendrier agricole depuis quelques années.

Dans le passé, les agriculteurs, de façon empirique, avaient une maîtrise quasi parfaite du cycle des saisons. Ils savaient à quel moment il était opportun de semer sans courir le risque de se tromper. Mais, aujourd'hui, la donne a changé. Le Cameroun, comme plusieurs autres pays de la planète, est vulnérable aux changements climatiques en raison de sa dépendance considérable vis-à-vis de l'agriculture sous pluie. Au point qu'à l'heure actuelle, une question taraude les esprits. Faut-il en effet commencer à planter avec les premières pluies qui tombent dans le Grand Sud du Cameroun ?

L'interrogation se fait plus pressante à l'occasion du lancement, vendredi dernier à Buea dans le Sud-Ouest, de la campagne agricole dans la partie méridionale du pays. Dans ce contexte marqué par les changements climatiques, la météo est capricieuse. Les pluies arrivent à temps et à contretemps. Elles peuvent commencer à tomber et puis, disparaître comme par enchantement et mettre les agriculteurs en difficulté. Du moins, ceux qui ont cru au retour définitif des pluies et ont mis les graines et autres rejetons et boutures sous terre. Tout le cycle agraire est troublé.

Avec précision, « les agriculteurs ne savent plus à quel moment de l'année remuer le sol, préparer les semis et enfouir les plants. La plupart par réflexe et par habitude continue de se fier à l'ancien calendrier qui est devenu caduc », analyse un expert. Traditionnellement, il est conseillé de planter après le 15 mars. C'est pourquoi les ingénieurs agronomes recommandent aux producteurs d'être prudents. Concrètement, cela veut dire par exemple que les premières pluies enregistrées à Yaoundé et ses environs ne signifient pas le retour définitif des précipitations.

Celles-ci, comme c'est souvent arrivé ces dernières années, peuvent s'arrêter, ouvrant la voie à une petite saison sèche. Dans ce cas de figure, les semences mises sous terre auront du mal à germer faute d'eau en quantité suffisante. Cette situation, quand elle se produit, oblige les agriculteurs à planter une seconde fois. Lorsqu'ils n'ont pas les moyens d'acheter à nouveau les semences, ils s'exposent aux faibles rendements. Autre élément de contexte, le passage à l'agriculture de seconde génération qui suppose la mise en œuvre de la grande politique agricole dont les orientations ont été données en 2011 lors du comice agro-pastoral d'Ebolowa.

Le lancement de la campagne agricole vendredi dernier permet de rappeler l'urgence de l'ouverture de la Banque agricole dont la création avait été annoncée. Il faut aussi accélérer le processus de la réforme foncière car l'agriculture industrielle ne peut se déployer efficacement que sur de vastes espaces. La mécanisation enclenchée doit également rentrer dans les habitudes du plus grand nombre de producteurs tout comme l'usage des engrais, des pesticides et des semences à haut rendement.

Cameroun

Anglophone - Nouveaux combats meurtriers entre armée et séparatistes

De nouveaux affrontements ont éclaté entre des militaires et des assaillants présentés comme… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.