14 Mars 2017

Congo-Kinshasa: Kasaï Central - Toujours sans nouvelles des deux enquêteurs onusiens enlevés à Tshimbulu

Photo: MONUSCO/Biliaminou Alao
Tshimbulu, Kasaï Central.

Les deux experts onusiens étaient chargés par le Conseil de sécurité d'enquêter sur les groupes armés, les violations des droits de l'Homme et les possibles violations d'un embargo sur les armes dans le pays.

Alors que le gouvernement central tente, par tous les moyens, de restaurer la paix menacée au Kasaï central en prenant langue avec la milice Kamuina Nsapu afin de connaître leurs désidérata et chercher à y répondre, un nouvel épisode est venu, comme qui dirait, s'incruster dans le processus en cours.

Il s'agit de la disparition, depuis le 12 mars, de deux experts onusiens dans la fournaise de cette province où l'insécurité alimentée par des groupes armés continue de battre son plein.

Les deux experts onusiens de nationalité américaine et suédoise seraient, d'après les témoignages recueillis sur place, tombés dans une embuscade tendue par un groupe armé « non identifié » au niveau de la rivière Moyo sur l'axe Bukonde-Tshimbulu, à environ 120 km au sud de Kananga.

Les deux enquêteurs onusiens qu'accompagnaient, dans leur itinérance, leurs trois chauffeurs de taxi-moto et leur interprète, ont tous été pris par les kidnappeurs qui les ont ensuite conduits dans la forêt.

Une version confirmée par Charles-Antoine Bambara, directeur de l'Information publique de la Monusco qui a indiqué qu'une patrouille des Casques bleus est déjà à pied d'œuvre pour tenter de retrouver les six personnes disparues.

« Nous n'avons pas encore reçu ni revendication ni demande de rançon. Nous faisons tout notre possible pour les localiser », a-t-il renchéri. Jusque lundi soir, on était encore sans nouvelles des six disparus.

Le gouvernement, de son côté, a également lancé des investigations pour retrouver les enquêteurs onusiens et leurs compagnons congolais tout en ajoutant, par le biais de son porte-parole Lambert Mende, que « les experts onusiens sillonnaient la province « sans que les autorités locales en aient été informées ».

Une affirmation que la Monusco s'est refusé de répondre, le temps que l'enquête initiée livre ses résultats. Notons que la Monusco, présente en RDC depuis 1999, ne disposait d'aucunes troupes dans la région du Kasaï jusqu'au déploiement récent d'une centaine de Casques bleus à Kananga et dans ses environs.

En savoir plus

Lambert Mende - « Les autorités n'étaient pas au courant des activités des officiels de l'ONU enlevés »

Dans un communiqué publié lundi 13 mars 2017, le gouvernement de la République démocratique… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.