15 Mars 2017

Burkina Faso: Sit-in - Le SYNAGRH réclame une harmonisation de l'indemnité SYGASPE

Le syndicat national des gestionnaires des ressources humaines et l'administration publique (SYNAGRH) observe un sit-in de 72 heures à compter de ce mercredi 15 mars 2017 à Ouagadougou pour demander la satisfaction de sa plateforme revendicative.

Les militants du syndicat national des gestionnaires des ressources humaines et l'administration publique (SYNAGRH) se sont mobilisés ce mercredi matin devant le ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale pour réclamer l'amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

« Nous avons tenu une assemblée générale le 4 mars dernier pour annoncer le sit- in.», a dit le secrétaire général du SYNAGRH, Souleymane Zoromé. Et d ajouter que les revendications du SYNAGRH s'articulent autour de trois points :

Le premier point porte sur l'amendement, l'observation et l'appréciation de la plateforme revendicative qui a été déposé il y a plus d'une année au sein de la Fonction publique.Le second point concerne la non application du principe d'harmonisation d'une indemnité entre les agents des finances et ceux du ministère de la fonction publique.

Il s'agit de l'indemnité SYGASPE (système intégré et gestion administrative et salariale du personnel de l'Etat). Pour le SG du SYNAGRH, cet outil permet de prendre en charge la question administrative et salariale des fonctionnaires de l'Etat.

Cependant, « dans l'attribution de cette indemnité, ceux qui sont au début de la chaine, c'est-à-dire les gestionnaires des ressources humaines, perçoivent 10 000 F CFA alors que les financiers qui sont à la fin du processus ont 20 000 F CFA parce qu'ils traitent des questions financières », a-t-il précisé. M Zoromé estime que cela n'est pas équitable.

« La date d'application de cette indemnisation était prévue pour le 1er juillet 2016 », a indiqué le secrétaire général du syndicat. Et de dire que jusqu'à ce jour, aucun acte administratif n'a été pris ni par le première ministre, ni par la fonction publique, ni par les finances pour l'application de cette indemnité.

Quant au troisième point revendicatif, il concerne la non relecture d'un arrêté sur les rétributions liées aux concours de la fonction publique. Pour Souleymane Zoromé, la question de fraude dans les concours est liée à la nature et aux taux de pris en charge qu'on donne aux acteurs.

« Vous ne pouvez pas dire à un agent d'aller de 8 h jusqu'à 14 h réceptionner des dossiers pour 3000 F sous le soleil. Ce n'est pas normal. Si vous voulez que la personne soit motiver, puisse travailler et éviter la corruption, il faut permettre une relecture de ce texte.», a-t-il affirmé.

Le syndicat a appelé le gouvernement à bannir la discrimination de traitement sur l'indemnité SYPASPE entre agents financiers et agents GRH ou tous acteurs intervenant sur la chaine de traitement des actes de carrière.

Il a suggéré que la cellule restreinte, qui doit réfléchir sur les textes et les taux des concours, puisse travailler dans des délais raisonnables et déposer les conclusions qui doivent être validés par les sociétés compétentes. Il a par ailleurs, invité les autorités à mettre en place une cellule pour réfléchir sur leur plateforme revendicative.

Si toutefois ces requêtes ne sont pas satisfaites, le syndicat entend lancer un mot d'ordre de grève de 72 h et si rien n'est fait, entamer une grève illimitée dans les prochains jours.

Burkina Faso

Plaidoyer pour le retour de Blaise Compaoré au pays

Les responsables du Rassemblement des Organisations de la société civile contre la déstabilisation… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.