16 Mars 2017

Congo-Kinshasa: Port sec de Kasumbalesa - Ogefrem - Anatole Kikwa matérialise bientôt le projet !

Avec un financement d'environ 120 millions de dollars américains, le projet de construction du port sec de Kasumbalesa constitue un véritable pari réussi pour l'Office de Gestion du Fret Multimodal (OGEFREM) qui a consacré, temps et énergies, depuis près de deux ans afin que celui-ci soit mis en exécution.

D'après le constat fait par Anatole Kikwa Mwata Mukambo, Directeur Général de l'Ogefrem qui vient de séjourner à Lubumbashi et Kasumbalesa, dans le Haut-Katanga pour inspecter le site, en compagnie de ses partenaires Sud-africains mais aussi, de FRABEMAR, le lancement des travaux de construction de ce port sec interviendra dans trois mois. Ils dureront 12 mois tout au plus. Les ingénieurs de la Société Sud-africaine TRANSNET, retenue pour la construction et l'exploitation du port sec et leurs collègues de l'Ogefrem, ont rassuré avoir réuni tous les paramètres pour pouvoir démarrer, dans le délai requis les dits travaux. Leur argumentaire est fondé sur l'ancrage déterminant qui met en relief, les entrées et les sorties du port. Nonobstant la conjoncture difficile, Anatole Kikwa ne recule devant rien pour accompagner le Chef de l'Etat dans sa vision de reconstruction nationale.

Le port sec de Kasumbalesa est l'un des plus grands projets que l'Ogefrem va matérialiser depuis sa création. D'après des analystes, c'est un projet unique en son genre. Ce qui veut dire, qu'aucune entreprise n'a osé se lancer dans un tel projet d'une grande envergure en partenariat public-privé et dont les deux Chefs d'Etat de (RSA et RDC) ne cessent de s'y impliquer résolument.

Le DG Anatole Kikwa a reconnu que ce projet, une fois terminé, va impacter sur la création d'emplois, l'augmentation des recettes des entreprises intervenant dans le circuit du commerce extérieur, à savoir : la DGDA, l'OGEFREM, l'OCC et autres. Plus loin, les dividendes collectés autour de ce projet auront certes, un effet d'entrainement dans l'escarcelle de trésors publics de deux Etats, à savoir : la République Sud-africaine et la République Démocratique du Congo.

Laisser les œuvres parler d'elles-mêmes

Au jour d'aujourd'hui, plus rien ne peut entraver la matérialisation du projet au regard de la descente musclée sur le site de Kasumbalesa, par Anatole Kikwa Mwata Mukambo, à la tête d'une forte délégation.

En effet, le patron de l'Office a fait le déplacement au poste frontalier de Kasumbalesa avec ses partenaires dont la délégation Sud-africaine de la Société TRANSNET, cette firme qui a gagné le marché de construction et de l'exploitation du nouveau port sec.

Mais aussi, avec la firme italienne FRABEMAR qui est un partenaire de taille qui a apporté son appui financier à travers différentes études de faisabilité et de rentabilités économiques. Elle a également fait preuve de volonté et de détermination en préfinançant beaucoup d'autres projets de l'Office, grâce à la FERI Center (Fiche Electronique des Renseignements à l'Importation).

Il convient de signifier que la délégation Sud-africaine était composée de M. Thabu, Directeur Général de BITUSOL qui a conduit l'Ogefrem auprès de TRANSNET, une société Sud-africaine, équivalente à l'ex. ONATRA en RD-Congo.

Frabemar était représenté par son DG, Bernadini Massimo.

Description du site

Le site est d'une superficie de 62 hectares. Il est à la frontière avec la Zambie. L'entrée principale est sur la grande route. La maquette produite par l'Architecte prévoit la clôture du port. Le port en lui-même sera revêtit d'un bâtiment de deux niveaux, abritant les bureaux de tous les intervenants avec les guichets des banques, les dortoirs de 250 à 300 lits, une cafétéria, une station d'essence avec plus de six entrepôts conçus dans la phase actuelle moyennant peut-être un léger réaménagement et le bétonnage, quelques engins de manutention. Il est également prévu un camion anti-incendie ainsi que des cameras de surveillance du port.

Le port sera scindé en deux sections administratives et celle s'occupant des marchandises de consommation courantes et la section des marchandises dangereuses ou inflammables tels que le gasoil, le pétrole, l'essence ainsi que des produits chimiques.

Une aubaine pour l'intégration sous régionale

Ce projet va, inexorablement, donner une nouvelle dimension à la République Démocratique du Congo qui tient coûte que coûte à maintenir sa grandeur dans le concert des nations. Il va booster, sans nul doute, une image rayonnante dans les pays de la sous-région qui empruntent le corridor nord dans l'évacuation de leurs marchandises. C'est pour cette raison que TRANSNET s'intéresse au plus haut point à conclure ce genre de partenariat.

Séduits par l'aspect géographique du site

Les responsables de TRANSNET n'ont pas caché leur totale satisfaction d'avoir découvert un site beaucoup plus approprié afin d'ériger le port sec.

Par ailleurs, soucieux de ne pas endommager la voie ferrée qui est une voie irréfutable dans le transport de gros tonnage des marchandises, le numéro Un de l'Ogefrem a transmis le vœu du Chef de l'Etat Joseph Kabila aux ingénieurs de TRANSNET, leur demandant un raccordement du chemin de fer de la gare Kibalongo jusqu'au port sec, à une distance de 5 Kilomètres.

La partie sud-africaine ne trouve aucun inconvénient pour adhérer, illico presto, à la proposition du Chef de l'Etat, soutenant qu'il faille trouver des stratégies de développement de la voie ferrée afin de mettre fin aux différents problèmes qui se posent à Kasumbalesa.

Un appel à la conscience du personnel

Profitant de cette belle opportunité, le DG Kikwa a échangé avec les cadres et agents de l'Ogefrem/Haut Katanga.

En subsistance, il leur a rappelé des notions de civisme et de moral pour adopter un comportement responsable au travail. C'est-à-dire, à se mettre à l'évidence que la crise conjoncturelle qui sévit au monde n'épargne aucune entreprise, encore moins l'Ogefrem. Au niveau du pays, il résulte de plusieurs facteurs dont la mesure d'interdiction d'importation des véhicules vieux de plus de 10 ans. Ce qui a créé un impact négatif aux ports de Boma et Matadi. Mais aussi, la baisse d'importation au pays et la suspension de la commission 1.5 pour les vivres frais.

Les camionneurs satisfaits

L'association de défense des intérêts de Camionneurs s'est dit satisfaite de l'érection du port sec. Ils ont l'assurance que de conditions d'accueil vont les sécuriser davantage, car, ils passaient nuits jadis, à la belle étoile, exposés à tous les actes d'inciviques.

Mais au delà, le site est désormais sécurisé car, il était tout le temps menacé à des spoliations ou autres lotissements anarchiques.

Congo-Kinshasa

Plus de 20 mille réfugiés de la RD Congo à Lunda norte

21.116 citoyens de la République Démocratique du Congo (RDC) sont abrités dans la province… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.