16 Mars 2017

Kenya: Semaine de l'apprentissage mobile - La technologie offre une bouée de sauvetage pour l'enseignement dans les situations d'urgence

Dans la classe de Romans Manyiel Garang, il y a 180 élèves, dont certains sont âgés de 35 ans – soit dix ans de plus que Garang lui-même. Garang est un enseignant de primaire au camp de réfugiés de Kukuma au Kenya, qui est chargé de fournir aux enfants réfugiés et à certains adultes un chemin vers un avenir meilleur en attendant d'être réinstallés. Mais sans livres, sans aides pédagogiques ni supports d’apprentissage adéquats, dans une salle remplie d'élèves qui ont subi des traumatismes et ont été forcés de quitter leur foyer et leur famille, Garang enseigne dans ce que les Nations Unies ont appelé « la classe la plus difficile du monde ».

Garang n'est pas complètement livré à lui-même. Dans le cadre d'un programme de formation et de soutien des enseignants appelé «Teachers for Teachers », il communique par WhatsApp sur son téléphone mobile avec des enseignants à l'extérieur de Kukuma, notamment avec un pair et un animateur, Kevin. Ces collègues offrent un soutien psychosocial et professionnel ainsi que des conseils qui l’aident à relever les défis auxquels il est confronté dans sa classe. Le programme peut être mis en œuvre grâce à une large adhésion aux technologies mobiles, même dans des camps comme Kukuma. « Quand je rencontre un problème, je le communique au groupe », a expliqué Garang à l'UNESCO. « Ensuite, Kevin, le tuteur international, ou mes autres collègues enseignants, me donnent leur avis sur la façon dont je pourrais y remédier ».

Garang a quitté le Soudan du Sud à l'âge de sept ans, fuyant la frontière méridionale vers le Kenya. Il a commencé à enseigner à Kukuma en 2015, avec un diplôme d'études secondaires en poche et aucune expérience d'enseignement. Pour Garang et les enseignants comme lui, la capacité de communiquer avec un réseau d'enseignants et d’échanger sur les méthodes d'enseignement et de résolution des problèmes leur donne le sentiment de faire partie d'une communauté plus vaste où il est possible d’obtenir de l’aide facilement. « Comparer mes idées avec d'autres m'aide à évoluer en tant qu'enseignant », a dit Garang.

Son engagement auprès d'autres enseignants lui permet également de valoriser sa propre expérience en tant qu’enseignant à Kukuma. Garang répond régulièrement aux questions posées sur le portail mobile « Teachers for Teachers », et contribue ainsi à une base de connaissances commune qui est au cœur du projet. « J'ai beaucoup à partager pour aider les enseignants à surmonter leurs difficultés », a dit Garang. Grâce au tutorat mobile, « nous travaillons ensemble pour relever ces défis », a-t-il ajouté.

Dans quelques jours, Garang donnera une présentation lors de la Semaine de l’apprentissage mobile, une conférence phare de l’UNESCO sur l’interaction de la technologie, de l’éducation et du développement. L’événement est organisé en partenariat avec l’UNHCR, sur le thème « L’éducation en situation d’urgence et de crise », du 20 au 24 mars, au Siège de l’UNESCO à Paris.

Durant la Semaine de l’apprentissage mobile, Garang échangera des informations avec des experts de l’éducation du monde entier, ainsi qu’avec de nombreux représentants d’ONG, de ministères, d’organisations internationales et d’entreprises du secteur privé. Il interviendra lors d’une table ronde qui se penchera sur la façon dont les technologies mobiles à faible coût peuvent aider les enseignants dans les situations d’urgence. Il aura à ses côtés Edem Adubra, le chef de la Section du développement des enseignants de l’UNESCO ; Peter Balleis, le président exécutif de Jesuit Worldwide Learning ; et Mary Mendenhall, professeure d’éducation à l’Université de Columbia aux États-Unis, un partenaire du projet « Teachers for Teachers » qui aide Garang et d’autres éducateurs pour les réfugiés.

Le soutien pratique et psychosocial fourni par les programmes tels que « Teachers for Teachers » n’est qu’un des nombreux moyens par lesquels les éducateurs, les élèves et les ministères de l’éducation exploitent les technologies mobiles pour élargir et améliorer les possibilités d’éducation dans les environnements difficiles.

« Nous devons atteindre les individus où ils sont », a dit Mark West, le coordonnateur de l’UNESCO pour l’événement de cinq jours. « Notre travail nous indique que les technologies mobiles offrent des avantages uniques pour rendre l’éducation accessible aux personnes déplacées et aux autres personnes en déplacement. La Semaine de l’apprentissage mobile est l’endroit pour échanger des solutions et des idées novatrices ».

Le programme de la Semaine de l’apprentissage mobile est en ligne (en anglais) et l’inscription est gratuite et ouverte au public. Voir le site web de l’événementpour plus d’informations. Vous pourrez en apprendre davantage sur le travail de Garang le 20 mars.

Kenya

La tension monte avant la lecture du verdict complet de la Cour suprême

La tension est montée mardi 19 septembre au Kenya, avant la lecture du jugement final de la Cour suprême,… Plus »

Copyright © 2017 UNESCO. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.