16 Mars 2017

Afrique de l'Ouest: Greenpeace révèle de nouveaux cas de mauvaises pratiques de pêche dans la sous-région

communiqué de presse

Nouakchott, Mauritanie, le 14 mars 2017 – Greenpeace a présenté, lundi à Nouakchott, les résultats de dix jours de recherche le long des côtes ouest africaines, aux Ministres mauritaniens de la Pêche et de l'Économie Maritime, ; de l’Environnement et du Développement Durable et de l’Equipement et des Transports. Ayant été témoin de nombreuses irrégularités impliquant des navires locaux et étrangers, Greenpeace recommande  la mise en place d’un organisme de gestion régional des pêches qui soit fort et efficace.

Comme le souligne Pavel Klinckhamers, Responsable de projet à bord de l’Esperanza : « La situation hors de contrôle dans les eaux ouest africaines est alarmante et confirme encore le besoin urgent de prise décisions. D'après nos observations, la surcapacité  de pêche demeure un des principaux problèmes, et il y a un manque important d’information sur les stocks  de poissons disponibles. La seule voie pour arrêter cette exploitation effrénée est d’amener les gouvernements à prendre leur responsabilité et  à coopérer autour d’une gestion durable de leurs ressources. »

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l'agriculture, la FAO, a signalé, il y a six ans déjà, que les eaux ouest africaines avaient le taux de surpêche le plus élevé au monde, avec plus de la moitié des stocks surexploités.[1] Si cela continue à ce rythme, la sécurité alimentaire de millions d’Africains sera en jeu.

Le navire de Greenpeace Esperanza documente actuellement la frénésie des flottes de pêche dans les eaux ouest africaines, qui sont parmi les plus poissonneuses au monde. L'expédition « Espoir en Afrique de l’Ouest » a débuté au Cap Vert le 23 février et va se poursuivre dans les mois à venir en Guinée Bissau, Guinée, Sierra Leone avant de prendre fin au Sénégal. En moins de deux semaines en mer, les équipes à bord de l’Esperanza ont déjà été témoins de nombreux exemples de pratiques non durables, non réglementées et potentiellement illégales de la part de navires de pêche.

En tant que l’un des instigateurs de l’Initiative pour la Transparence des Pêches, la Mauritanie conforte sa position d’acteur majeur en Afrique de l’Ouest [2]. Selon les accords de pêche signés avec l’Union Européenne, les autorités mauritaniennes sont également soumises à l’obligation de fournir des informations sur les flottes de pêche étrangères présentes dans ses eaux territoriales [3].  Cependant, le long des côtes mauritaniennes, Greenpeace a constaté que de nombreux bateaux de pêche ne rapportaient pas leur position satellite (AIS) [4].

De plus, des navires de pêche industrielle opèrent dans la zone nautique des 12 milles. Ces zones de pêche sont essentielles pour les petits pêcheurs et les communautés locales dépendant de la pêche. Un des événements les plus dérangeants dont ont été témoins les équipes de Greenpeace à bord de l’Esperanza, a été la découverte de centaines de courbines de plus d’un mètre flottant morts à la surface, jetés à la mer par des navires de pêche industrielle.

Bolei Liu, chargé de campagne océan à Greenpeace Asie de l’est, a déclaré :   « Ce sont des poissons de valeur qui peuvent générer de bons revenus, et un seul de ces poissons peut nourrir une famille nombreuse pendant plusieurs jours. C’est inacceptable que ces poissons soient attrapés et ensuite simplement rejetés à la mer. Cela me faisait mal au cœur de voir les pêcheurs locaux sauter de leurs petits bateaux pour attraper ces poissons et ainsi empêcher que cette ressource de valeur soit gaspillée. »

Le gaspillage ou les pratiques illégales ne sont hélas pas rares dans les eaux ouest africaines, où les deux tiers des stocks de poissons sont partagés entre deux ou plusieurs pays [5]. Afin de s'attaquer au problème commun et croissant qu’est la surpêche, le s états côtiers doivent agir conjointement et de manière urgente pour la mise en place d’un organisme régional des pêches, doté d’un mandat de gestion clair allant au-delà d’un simple rôle de conseil.

Les gouvernements  doivent se mettre d’accord sur des règles contraignantes, incluant une allocation des accès aux stocks de poissons qui soit équitable et durable et qui tient compte des intérêts des communautés locales et de la protection de l’environnement. Ils doivent aussi s’assurer que ces règles sont suivies et réaliser qu’ils ne doivent pas seulement coopérer parce qu’ils ont des espaces maritimes communs mais qu’ils y sont soumis par les conventions régionales et internationales [6].  C’est la seule façon de s’assurer que les ressources en poissons sont capturées de manière durable et sans impact négatif sur  l’environnemen t.

Afrique de l'Ouest

Le continent a défini sa «stratégie gagnante» pour les JO 2020

L'Association des Comités nationaux olympiques d'Afrique (Acnoa) s'est réunie les 20 et 21 avril 2017… Plus »

Copyright © 2017 Greenpeace International. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.