16 Mars 2017

Afrique: CAF - Ahmad Ahmad met un terme à 29 ans de règne de Hayatou

Alger — Coup de tonnerre à Addis Abeba. Ahmad Ahmad, président de la Fédération malgache de football, a mis fin jeudi à "l'empire" d'Issa Hayatou, homme fort de la Confédération africaine de football (CAF) pendant 29 ans.

Le Malgache a été élu, à la surprise générale, président de la CAF lors d'une élection l'opposant au Camerounais, obtenant une large avance de 14 voix (34 contre 20).

A l'annonce des résultats officiels, des poings victorieux se sont levés et une clameur a éclaté dans la salle rassemblant les représentants des fédérations africaines votantes.

Relativement méconnu par rapport à son adversaire, Ahmad a déjoué la plupart des pronostics en obtenant un mandat de quatre ans à la tête de la CAF. Hayatou, 70 ans, dernier dignitaire du foot mondial épargné par les affaires qui ont emporté Sepp Blatter et Michel Platini, en était pourtant le favori en puissance.

"Si je pensais que je ne pouvais pas y arriver, je ne me serais pas présenté", a déclaré à la presse le nouveau patron du football africain, après le vote, alors que son rival était escorté en dehors de l'auditorium, refusant de s'adresser aux journalistes.

C'était le vendredi 13 janvier 2017, lorsqu'Ahmad Ahmad lance, à Libreville, le défi face à l'inamovible Hayatou.

Ils étaient donc deux. Hayatou, président de la CAF depuis 1988 et candidat à un huitième mandat et son adversaire Ahmad, 54 ans, qui en est actuellement à son troisième mandat à la tête de la Fédération malgache.

C'est en 2013, à Marrakech (Maroc), qu'Ahmad est sorti du bois. Il est alors élu au comité exécutif de la CAF en tant que représentant de la zone Sud aux dépens du puissant Sud-Africain Danny Jordan, une victoire surprise au second tour du scrutin.

En septembre dernier, il manque pour une seule voix l'un des deux postes de représentants de la CAF au conseil de la Fifa. Ahmad, comme on l'appelle, est désormais engagé à part entière dans la gestion du football africain.

"Je place ma candidature sous le signe de la transparence", disait-il, lui dont le nom a été cité par le Sunday Times dans l'affaire de corruption qui a entouré l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Il aurait perçu une somme allant de 30.000 à 100.000 dollars. Mais la preuve n'en a jamais été apportée.

Ancien ministre des Sports de Madagascar, mais aussi du très important portefeuille de la Pêche, et actuellement sénateur, Ahmad est un président de Fédération de football souvent contesté pour sa gestion. L'annonce de sa candidature est tombée le 13 janvier, à Libreville, quelques heures avant que le comité exécutif de la CAF ne retire à Madagascar l'organisation de la CAN-2017 des moins de 17 ans pour impréparation.

Algérie

CAF Ligue des Champions - L' USM Alger ne vise que la qualification et rien d'autre

A quelques jours du rendez-vous africaine face au Wydad de Casablanca, la concentration au sein de l' USM Alger. Les… Plus »

Copyright © 2017 Algerie Presse Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.