17 Mars 2017

Madagascar: Élection 2018 - Une « anticipation » de la présidentielle à l'étude

La tenue de l'élection présidentielle est de nouveau d'actualité. Mais cette fois, il s'agirait peut-être de l'avancer.

xContraintes. Face aux impératifs légaux, le gouvernement envisage d'avancer de quelques semaines la tenue de l'élection présidentielle de 2018. Selon une source au courant du dossier, « une proposition d'avancer le premier tour de la présidentielle entre la fin du mois de septembre et le début du mois d'octobre est à l'étude, de manière à ce que le deuxième tour du scrutin puisse se tenir au plus tard le 30 novembre 2018, en dehors de la saison des pluies, ainsi que le prévoit le Code électoral ».

Si l'on s'en tient aux dispositions de la Constitution qui prévoient que « L'élection du président de la République a lieu trente jours au moins, et soixante jours au plus, avant l'expiration du mandat du président en exercice », le premier tour de la présidentielle devrait se tenir entre le 25 novembre et le 25 décembre 2018. Le deuxième tour devrait ainsi se tenir en pleine saison des pluies. Or, une contrainte posée par le Code électoral veut que les élections ne se tiennent qu'entre le 30 avril et le 30 novembre, en période sèche.

L'idée d'invoquer un cas de force majeure a été mis en avant, mais « les autorités craignent que celui-ci ne soit pas accepté par la Haute cour constitutionnelle, dans la mesure où le cas était bien prévisible », poursuit notre source. C'est ainsi qu'est venue l'idée d'avancer de quelques semaines la date du premier tour de la présidentielle. Mais « la question doit être soumise à la Haute cour constitutionnelle qui décidera de sa conformité à la Constitution », indique-t-elle encore.

Réforme

Il y a quelques mois, l'idée de reporter la présidentielle avait également été à l'étude, mais le projet a suscité une levée de boucliers et n'a plus eu aucune suite. Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), maître Hery Rakotomanana, a même dû intervenir pour couper court à ce qu'il qualifiait de rumeur. Il avait soutenu que conformément à la Constitution, l'élection se tiendrait en 2018, et qu'il veillerait personnellement à ce que la Loi fondamentale soit respectée. Ce qui ne sera pourtant pas le cas, si la présidentielle est anticipée sans vacance du poste présidentiel.

À moins que le code électoral et le principe d'organiser les élections en dehors de la saison des pluies ne soient changés. Le Premier ministre Olivier Mahafaly a encore rappelé hier que le cadre juridique de l'élection est en cours d'amélioration. « Une commission chargée de concevoir et de rédiger l'avant-projet de texte concernant l'amélioration du cadre juridique de l'élection a été mise en place. Un comité interministériel se chargera de finaliser ce projet de texte, avant de le soumettre au Parlement pour adoption», a-t-il souligné lors d'un point de presse, à l'issue du dialogue politique avec l'Union européenne.

De son coté, Antonio Sanchez Benedito, ambassadeur de l'union Européenne à réitéré l'engagement de son organisation à soutenir les démarches qui mènent à la consolidation de la démocratie et une stabilité politique à Madagascar. «Tous nos partenaires vont soutenir les efforts du gouvernement dans l'objectif de promouvoir une élecltion crédible, transparente avec une large participation», a-t-il souligné.

Madagascar

Réunion ACP-UE - Marc Ravalomanana présent

Selon un communiqué émanant des collaborateurs de Marc Ravalomanana, ce dernier a assisté à… Plus »

Copyright © 2017 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.