18 Mars 2017

Maroc: Driss El Yazami - Le pays est une exception dans la région

Le processus de réformes démocratiques au Maroc, entamé il y a une vingtaine d'années, a fait du Maroc une exception dans la région, a indiqué, jeudi à Fès, le président du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), Driss El Yazami.

S'exprimant lors d'une conférence sur «Le paysage audiovisuel national et enjeux de la régulation» dans le cadre de la première rencontre inter-réseaux entre les régulateurs africains et ibéro-américains de l'audiovisuel, organisée les 16 et 17 mars à Fès, El Yazami a mis en avant la particularité du Royaume grâce à ces réformes.

Enumérant un grand nombre de réformes introduites, le président du CNDH a rappelé dans ce cadre que la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) a été créée en 2002 avant d'être constitutionalisée en 2011.

Il a ajouté que l'Institut Royal de la culture amazighe (IRCAM), créé en 2002, a été le premier pas pour la reconnaissance du pluralisme linguistique et culturel dans la société marocaine.

Les années 2000 ont été marquées aussi par la création de l'Instance équité et réconciliation ( IER) centrée sur les violations graves antérieures des droits de l'Homme, a-t-il poursuivi, ajoutant que cet organisme, 2ème du genre dans le continent après l'Afrique du Sud, est l'unique expérience dans le monde islamique en matière de réconciliation.

Il a de même mis en valeur l'adoption du nouveau Code de la famille en 2004 qui était, selon lui, une avancée importance en matière d'égalité des genres.

El Yazami a aussi mis l'accent sur la Constitution de 2011 et ses nombreuses dispositions relatives, entre autres, à la démocratie participative, au droit pour la société civile de faire des propositions et à la création d'institutions et d'instance de gouvernance et de protection des droits humains.

De son côté, Rabha Zeidguy, membre du Conseil supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA-HACA), a exposé les des traits marquants sur la HACA, créée dans le cadre de la libéralisation du secteur de la communication audiovisuelle.

Elle a de même fait part de la constitutionnalisation de la HACA, en tant qu'instance de bonne gouvernance et de régulation.

Zeidguy a aussi mis en valeur la loi n° 11-15 relative à la réorganisation de la HACA, précisant que cette nouvelle loi intervient dans le sillage de l'harmonisation du cadre juridique régissant la Haute Autorité avec la Constitution.

Les dispositions de cette loi, a-t-elle dit, portent notamment sur la garantie des libertés de pensée, d'opinion et d'expression sous toutes ses formes, le droit d'accès à l'information, la garantie de la liberté de la presse, le respect du pluralisme linguistique, culturel et politique.

Initiée par la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) en étroite collaboration avec les présidences du Réseau des instances africaines de régulation de la communication (RIARC) et de la «Plataforma de Reguladores del sector Audiovisual de Iberoamerica» (PRAI), cette rencontre intervient dans le contexte actuel de libéralisation du champ médiatique auquel font face de nombreux pays émergents d'Afrique et d'Amérique latine, ainsi que la multiplicité des problématiques économiques, culturelles et sociétales qui y sont corrélées.

Maroc

Tournée ouest-africaine du chef de la diplomatie marocaine

Le président Faure Gnassingbé a reçu jeudi Nasser Bourita, le chef de la diplomatie marocaine. Le… Plus »

Copyright © 2017 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.