17 Mars 2017

Algérie: Appel à faire pression sur le Maroc pour libérer les prisonniers politiques de Gdeim Izik

Madrid — L'eurodéputée Paloma Lopez, présente en sa qualité d'observateur, au procès des prisonniers politiques sahraouis de Gdeim Izik qui se déroule à Rabat, a appelé l'union européenne à faire pression sur le Maroc pour "libérer immédiatement les prisonniers politiques sahraouis du groupe de Gdeim Izik".

Paloma Lopez a en outre demandé selon le journal électronique "Mundo Obrero.es" à la commission européenne d'introduire dans son ordre du jour à l'occasion de la cession du conseil des droits de l'homme des nations unies à Genève, la situation au Sahara occidental comme une "priorité, après avoir assisté à une audience du procès des 24 prisonniers politiques de Gdeim Izik.

Lopez a en outre souligné, ajoute la même source, que l'une des questions clés, est l'élargissement des compétences de la mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (MINURSO) à "l'observation et à la protection des droits de l'homme et l"'aboutissement à la tenue d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental dans les plus brefs délais".

Paloma Lopez a expliqué que "le procès du groupe de Gdeim Izik a une nouvelle fois montré comment les droits les plus fondamentaux des prisonniers politiques sont violés".

A ce titre elle a indiqué que "des preuves préfabriquées et des aveux obtenus sous la torture ont été présentés dans ce procès que le jugé a accepté sans faire d'enquête sur ces allégations".

Elle a a également dénoncé, a ajouté la même source, "l'intimidation contre les familles des prisonniers, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la Cour" et "l'arrestation d'un journaliste sahraoui" ce qui prouve "le caractère colonial de la justice marocaine".

L'union européenne si elle veut être "ferme dans la défense des droits de l'homme", elle ne "peut se limiter au dialogue politique ou aux finances et aux réforme judiciaires avec le Maroc". Ceci, a-t-elle dit "sert à légitimer l'occupation marocaine du territoire sahraoui et l'encourage à continuer les procédures arbitraires contre les étudiants les journalistes et le groupe de Gdeim Izik".

De son côté, le chef du groupe de travail du moyen orient et de l'Afrique du parti espagnol Izquierda Unida , Jon Rodriguez , présent à Rabat à la tête d'une délégation du parti espagnol de l'izquierda unida pour assister à titre d'observateurs, au procès des prisonniers politiques de Gdeim Izik, a déclaré "qu'aucune preuve concrète contre les accusés n'a été présentée depuis le début du procès".

Après avoir entendu les chefs d'inculpation, a-t-il poursuivi "nous n'avons même pas vu un certificat de décès des victimes présumées et aucune preuve impliquant les accusés n'a été présentée ".

Il a en outre souligné que ce "procès est clairement motivée par la politique" avant d'ajouter que tous "les accusés qui ont été interrogés jusqu'à présent ont dénoncé, toutes sortes de tortures physiques et psychologiques subies par les forces de sécurité marocaines pour obtenir des aveux forcés".

En outre a ajouté le même observateur, les interrogatoires ont porté principalement sur les mouvementent sociaux et politiques du Sahara occidental occupé et leurs liens avec le Polisario plutôt que sur les accusations dont ils font l'objet".

Algérie

Rabah Madjer aux commandes de la sélection algérienne

La rumeur circulait depuis quelques jours. C'est fait, l'une des grandes icônes du football algérien… Plus »

Copyright © 2017 Algerie Presse Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.