18 Mars 2017

Congo-Kinshasa: Axe direct !

opinion

A l'idée du chef de fil du Rassemblement, Félix Tshisekedi, de prendre directement langue avec le Chef de l'Etat, Joseph Kabila, qui se trouve être l'Autorité morale de la Majorité présidentielle, les bonzes de cette méga plateforme au pouvoir, ont vite réagi.

Pour marquer d'un sceau indélébile la perception des choses qu'ils se font, après que le Rassemblement soit éclaté en trois ailes, ils ont produit une déclaration hier, vendredi 17 mars 2017. Dans celle-ci, les cadres de la MP invitent le Chef de l'Etat, à tirer toutes les conséquences de la situation qui prévaut au Rassemblement. Ils se sont même interrogés sur la durée que devra prendre la médiation, si les Evêques pouvaient s'éterniser dans la mission des bons offices, sans faire le jeu de l'opposition. Cette prise de position montre indubitablement que les lignes ont bougé au sein des composantes. Pourtant, les deux composantes aux discussions directes ont accepté volontiers de reprendre langue sous la médiation des Evêques, au Centre Interdiocésain. C'est ainsi que le jeudi, 16 mars 2017, il a été constaté une reprise en fanfare des travaux, augurant un lendemain meilleur pour une application de l'Accord.

Ce, au vu de la détermination qui animait les uns et les autres. Non ! Dans la soirée, et au bout du compte, les participants, que de rapprocher leur position, se sont davantage radicalisés, n'offrant désormais aucune perspective heureuse quant à la signature des arrangements particuliers. Tenez, de deux points de blocage à la reprise des discussions le 16 mars dernier, le nombre est passé de deux à six points de blocage. Ainsi, outre les deux couacs précédemment connus notamment, le mode de désignation du Premier ministre et le rôle de la CENCO, vient s'ajouter, la question de la succession au Rassemblement, celle liée à la succession au Conseil National de Suivi de l'Accord (CNSA), le dispatching des ministères, avec la question des ministères de souveraineté et, enfin, la question du respect du chronogramme pour la transition. Ce qui, de toute évidence, rend lourde la machine. Question.

Ne fallait-il pas que les chefs de fil de ces deux composantes échangent, en seul-à-seul, pour dénouer la crise qui s'installe de manière artificielle ? S'il est vrai que du vivant d'Etienne Tshisekedi, les deux hommes ne s'étaient jamais rencontrés, il y avait néanmoins leur position ascendante qui leur donne d'influer dans tel ou tel autre sens sur les uns et les autres, afin de faire avancer les discussions pour leur dénouement. Chercher à barrer la route à cette éventualité est de nature à priver les Congolais, si pas à les condamner à mener une vie de précarité absolue. Pourtant, de l'avis du Chef de l'Etat, Joseph Kabila, qui s'est toujours déclaré prêt à négocier la paix, quoi qu'il en coûte, il serait donc mal venu qu'il soit poussé du côté de ceux-là qui voudraient mettre la croix aux discussions du Centre Interdiocésain. Leur importance n'étant pas à démontrer, parce qu'elles ont permis de traverser le 19 décembre 2016 sans heurts. Pour l'instant, étant donné la multiplicité des points de divergence, l'axe direct, qui conduirait Félix Tshisekedi à rencontrer le Chef de l'Etat, Joseph Kabila, ferait indubitablement avancer le processus.

Congo-Kinshasa

Nouveaux affrontements meurtriers entre milices rivales dans le Nord Kivu

Au moins une vingtaine de personnes ont été tuées mercredi dernier dans des affrontements entre… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.