18 Mars 2017

Liberia: Les liens étroits entre le groupe EI et al-Qaïda au sein de groupes armés libyens

En Libye, l'annonce à l'est du pays de la mort dans les combats de certains chefs des Brigades de défense de Benghazi met de nouveau en lumière les liens supposés entre ces brigades et l'organisation Etat islamique. Si certains groupes islamistes de cette coalition hétéroclite sont connus pour être issus d'al-Qaïda, à l'image du Conseil de la Choura des révolutionnaires de Benghazi, les liens avec le groupe EI paraissaient moins évidents. Mais plusieurs déclarations officielles sont venues le confirmer ces derniers jours.

Au-delà des déclarations de certains responsables des Brigades des révolutionnaires de Benghazi eux-mêmes, c'est maintenant Mahdi al-Barghathi, le ministre de la Défense au gouvernement d'union nationale à Tripoli, qui fait état d'un lien existant en Libye entre al-Qaïda et l'organisation Etat islamique. « L'EI cherche à réorganiser ses rangs et se positionne dans le sud de la Libye avec l'appui d'al-Qaïda et de Mokhtar Belmokhtar », a affirmé le ministre la semaine dernière, dans le Daily Telegraph.

Déjà cet été, un ensemble de documents trouvés à Syrte et diffusés par les milices de Misrata constituait une preuve matérielle établissant ce lien. Ces pièces montrent que plusieurs groupes jihadistes proches d'al-Qaïda sont financés par l'organisation EI dans les villes de Benghazi, Ajdabiya et Derna.

D'ailleurs, il y a quelque mois, Mohammed al-Darsi, le chef du conseil de la Choura, l'un des groupes qui combattent aujourd'hui sous l'étendard des Brigades de défense de Benghazi (BDB), reconnaissait que son groupe « s'est allié avec l'EI pour combattre l'armée libyenne ». Une déclaration faite à une revue d'al-Qaïda éditée au Yémen et reprise dans la presse libyenne.

Contrairement à la scène syrienne ou irakienne, ces groupes jihadistes, qui se régénèrent en permanence en Libye, appartiennent à al-Qaïda. Mais ces groupes n'hésitent pas à faire allégeance à l'organisation EI, qui les finance.

L'inquiétude de l'Africom

Le 9 mars dernier, le général Thomas D. Waldhauser, exprimait son inquiétude devant le Sénat américain. Il a souligné que le groupe EI était en train de se reconstruire au sud de la Libye. « La multiplication des milices et les fractures entre les factions de l'est et de l'ouest ont exacerbé la situation sécuritaire » en Libye, ce qui risque, selon lui, d'impacter les pays voisins. Il a estimé que l'instabilité en Libye constituait à court terme « la menace la plus significative » pour les intérêts des Etats-Unis et ses alliés dans le continent. (Son intervention devant le Sénat en anglais)

Liberia

Présidentielle libérienne - L'affiche Weah-Boakai maintenue

La plainte pour fraudes déposée après le premier tour de l'élection présidentielle… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.