18 Mars 2017

Madagascar: Fin de l'ultimatum lancé au régime - Les ex-militaires et réservistes menacent de passer à l'action

Le délai d'un mois donné par les anciens militaires et réservistes au régime en place, expirera la semaine prochaine.

Les ex-militaires, les réservistes et les veuves des militaires et gendarmes morts en service commandé prévoient de passer à la vitesse supérieure dans leur revendication. Le 23 février dernier, au cours d'une conférence de presse qui s'est tenue à Andrefan'Ambohijanahary, les membres de l'Association des Anciens Militaires (AAM) ont donné un mois aux tenants du régime pour procéder au paiement de leur alignement d'indice et de leur « rappel de moins perçus » que l'Etat refuse de payer depuis l'année 2006. Et ce, malgré l'arrêt n° 120 rendu en 2010 par le Conseil d'Etat qui ordonne à l'Etat malagasy de payer l'alignement des pensions de retraite des anciens gendarmes et militaires, suite à une requête déposée en 2008 par le président national de l'association ANAMIRE, Ramanantsimba Etienne Jean Noël.

SMS. 8 ans après la sortie de cette décision de Justice, les ex-militaires n'ont pas encore perçu leurs droits. C'est certainement la raison pour laquelle ils ont décidé d'interpeller les autorités par une « action ». Aussi, le samedi 25 mars prochain, une grande manifestation est-elle prévue se tenir à Andrefan'Ambohijanahary, dans l'enceinte de l'ex-bâtiment Roso. C'est ce qui a été décidé au cours de la réunion qui s'est déroulée en début de cette semaine. D'après les informations, tous les ex-militaires, les réservistes et les veuves des gendarmes et militaires résidant à Antananarivo sont conviés à cette manifestation. Des représentants venant des autres provinces vont également faire le déplacement dans la capitale afin de renforcer les rangs des manifestants. Tous les membres de l'« AAM » ont reçu un SMS venant du président de l'association, Randrianasimanana Jean Solo qui, à travers ce message, appelle les ex-militaires et les réservistes à « prendre en main leur destinée et non pas attendre les autres réclamer leurs droits à leur place ».

Autorisation. L'« AAM » ne compte demander aucune autorisation auprès des autorités responsables, puisque « la manifestation aura lieu dans un domaine privé et clôturé ». Il n'y aura donc pas de risque d'affrontement avec les forces de l'ordre. Il faut s'attendre toutefois à une forte présence des éléments de l'Emmoreg dans les environs du site où les ex-militaires et les réservistes s'inscrivent apparemment dans la continuité de la manifestation organisée par le « Mitsangana ry Malagasy » au même endroit en 2006. Au risque d'être associés ou d'être manipulés par cette plateforme de l'opposition. Reste à savoir si cette fois-ci, le régime va prendre en considération leurs revendications. Il convient de rappeler que durant la période transitoire où Hery Rajaonarimampianina fut ministre des Finances et du Budget, il s'est déjà engagé à satisfaire les revendications des anciens militaires. Depuis son accession au pouvoir, plusieurs demandes d'audience ont été déposées auprès de la Présidence de la République, mais qui sont jusqu'ici, restées sans suite. Des lettres d'interpellation auraient été également été déposées au Sénat et à l'Assemblée nationale.

Madagascar

Journée mondiale du théâtre

Les acteurs de la FMTM se sont préparés depuis des semaines, mais malheureusement, la journée… Plus »

Copyright © 2017 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.