18 Mars 2017

Congo-Kinshasa: La MONUSCO demande la « cessation immédiate » des violences à Kananga

La MONUSCO demande la cessation immédiate de violences à Kananga (Kasaï Central). Le chef de la mission onusienne l'a exprimé ce mercredi dans un communiqué dans lequel il exprime ses « vives préoccupations sur les allégations faisant état de nouvelles violences à Kananga entre le 14 et le 17 mars 2017 ».

« Je demande la cessation immédiate des violences à Kananga et dans la région du Kasaï, et déplore l'usage disproportionné de la force », déclare Maman Sambo Sidikou, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en RDC.

La Mission a reçu des informations crédibles selon lesquelles un nombre important de personnes auraient été tuées au cours d'affrontements entre des miliciens de Kamwina Nsapu et des membres des forces de sécurité congolaises, affirme le communiqué.

Le document fait remarquer que la mission onusienne est préoccupée par les attaques des miliciens de Kamwina Nsapu contre les institutions et symboles étatiques, mais également par l'utilisation disproportionnée de la force par les forces de défense et de sécurité, notamment en ciblant des civils, dont des femmes et des enfants.

Dans la nuit du 14 au 15 mars 2017, les opérations des forces de sécurité à Kananga ont conduit à un grand nombre de victimes, renseigne le communiqué.

La MONUSCO exprime également ses fortes préoccupations face aux restrictions imposées par les forces de sécurité à sa liberté de circulation à Kananga ces derniers jours, ce qui limite la capacité de la Mission à mettre en oeuvre son mandat.

« Je demande également l'arrêt immédiat de toute restriction à la liberté de circulation de la MONUSCO, qui limite sa capacité à accomplir pleinement son mandat en RDC. Je demande aussi l'ouverture d'enquêtes par les autorités compétentes sur les événements de ces derniers jours à Kananga, et que les responsables de toutes les violations des droits de l'homme soient traduits en justice », plaide Maman sambo.

Congo-Kinshasa

Goma - Les 4 artistes arrêtés sommés de payer 50 USD chacun

Les quatre artistes plasticiens en détention depuis la semaine passée dans la prison de Munzenze à… Plus »

Copyright © 2017 Radio Okapi. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.