18 Mars 2017

Afrique: Forum Afrique développement - Trouver des modèles de financement favorisant la croissance inclusive

Les lampions de la 5ème édition du Forum international Afrique développement (FIAD) se sont éteints vendredi 17 mars à Casablanca, au Maroc, avec un appel pressant de voir les hommes et les femmes qui font l'Afrique à prendre, de façon commune, la mesure du défi de voir le continent créer des nouveaux modèles de financement pour développer sa croissance inclusive.

« L'Afrique, vu son niveau de croissance n'a pas à aller chercher son modèle ailleurs. Il faut donc une sorte d'inclusion au sein du continent afin de trouver les moyens innovants capables de développer le secteur informel et les Petites et moyennes entreprises qui favorisent une pertinence économique », a déclaré l'ancien Premier ministre du Benin, Lionel Zinzou, faisant la restitution du panel axé sur l'inclusion financière en Afrique, principal thème de cette 5ème édition du FIAD.

Afin d'y parvenir, il a appelé à un élan d'échange et de partage d'expérience, citant le Maroc et le Rwanda, deux pays considérés comme des modèles dans le financement de l'agriculture, mais aussi des services.

En effet, en s'octroyant une place naturelle dans le concert des rencontres d'échanges économiques et commerciaux du continent, le FIAD permet aux décideurs politiques ainsi qu'aux acteurs privés qui fondent l'économie, d'évoquer les problématiques de développement. C'est dans ce contexte qu'outre l'épineuse question des financements qui constitue un véritable frein aux initiatives privées, pourtant source de croissance, celle de l'urbanisation galopante des villes africaines a également figuré au menu des échanges.

Ainsi, après un état des lieux des panelistes sur la problématique de l'urbanisation et comment parvenir à une inclusion sociale, il apparait qu'au regard de l'augmentation des habitants dans les grandes villes, il est impérieux de doubler les infrastructures de base et procéder à une planification urbaine. C'est le cas de dire que le continent à tout intérêt à se tourner vers la gouvernance urbaine partagée en impliquant tous les acteurs (publics et privés) en vue de relever le défi de la pauvreté grandissante dans les zones urbaines.

Un engagement des communautés à défier les contingences

Comme lors des précédentes éditions, mais à échelle quelque peu différente, la 5ème édition a marqué l'engagement des communautés africaines, en témoigne la présence du président burkinabé, Roch Christian Marc Kaboré et bien d'autres personnalités, à mutualiser davantage leurs efforts pour construire une Afrique forte de ses atouts, une Afrique décomplexée.

« Votre présence tout au long des travaux de cette 5ème édition du Forum, votre contribution active, vos encouragements aux participants, votre attention particulière à la jeunesse en soutenant personnellement les jeunes lauréats aux Trophées du Jeune Entrepreneur, votre soin à visiter les entreprises en plein rendez-vous B to B, votre inauguration du Marché de l'Investissement, sont pour nous un gage extraordinaire scellant davantage cette mobilisation collective des communautés économiques engagées en Afrique », a précisé le Pdg du groupe Attijariwafa bank, Mohammed El Kettani, clôturant les travaux. Car, a-t-il poursuivi, cet engouement est la preuve de la solidarité agissante des filles et fils du continent et un engagement à « se solidariser pour des créations de valeurs partagées et atteindre le niveau de développement que méritent les Africains ».

Avec ses 2000 opérateurs participants, l'édition de 2017 qui n'a pas dérogé à la règle des « B2B » a favorisé plus de 4.000 rendez-vous d'affaires concrétisés en marge des plénières. Parmi les secteurs ayant suscité plus de sollicitations et de demandes de partenariat figurent la construction de bâtiments et le développement urbain, l'agriculture et l'agro-industrie, l'énergie, les industries alimentaires, les services financiers, le commerce de gros et le négoce.

En matière de coopération, l'import-export, la coopération logistique, la franchise et distribution croisée puis l'investissement et les joint-ventures ont été les plus enregistrés.

Associer le secteur privé dans la démarche de la bonne gouvernance

C'est le sens à donner au Trophée de la coopération sud-sud qui vise à couronner les meilleures initiatives africaines évoluant dans plusieurs secteurs d'activités.

Pour cette année 2017, sur 28 projets sélectionnés à travers le continent, le jury composé des représentants des patronats africains a retenu sept dont trois d'entre eux ont été primés selon les critères définis, notamment l'impact social et la région ou l'implantation.

Tenant compte de ses deux critères fondamentaux, le premier prix, « Platinum », a été remporté par LILA, une société tunisienne de production et de commercialisation d'articles hygiéniques en Afrique.

Quant aux prix, « Gold et « Silver », ils ont été décernés respectivement à HPS, société marocaine spécialisée dans l'édition des solutions de paiement électronique dédiées aux institutions financières et à SANIA, société ivoirienne acteur majeur de l'industrie agricole en Afrique de l'ouest intervenant dans l'hévéa, la canne à sucre et le palmier à huile.

Toutefois, un « Prix spécial » a été attribué à Coris Bank œuvrant en Afrique de l'ouest pour ses efforts dans la promotion de l'accès au financement des TPE et PME de la zone UEMOA. De même, en sa qualité de premier chef d'Etat invité à ce Forum, un prix dit « trophée souvenir » a été remis au président Roch Christian Marc Kaboré invité d'honneur à cette 5e édition.

Congo-Brazzaville

Edgard Tinianga, nouveau président fédéral du PSP à Pointe-Noire

Le nouveau président fédéral du Parti pour la solidarité et le progrès(PSP), Edgard… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.