18 Mars 2017

Congo-Brazzaville: Vie associative - Amicale internationale nouvelle vision traversée par une crise

Dans la perspective de convoquer une assemblée générale extraordinaire de réconciliation, dont la date reste à fixer, une frange des membres du bureau exécutif national de l'Amicale internationale nouvelle vision (AINV), a organisé le 18 mars à Brazzaville, une conférence de presse, sous la supervision du deuxième vice-président, Alain Niki Niki.

Selon le porte-parole de l'AINV, Serge Edgard Bonguelé, les membres de leur organisation ayant constaté la mauvaise gestion du président actif du bureau exécutif national, Rock Akindou, près de trente-deux membres ont décidé de signer une pétition pour le suspendre de ses fonctions.

Réponse du berger à la bergère, les membres favorables au président actif du bureau exécutif ont convoqué le 4 mars une assemblée générale extraordinaire, présidée par le conseil des sages, qui a décidé de la suspension, à son tour, de près de huit membres de l'organisation.

Le porte-parole de l'AINV a noté que cette assemblée générale extraordinaire n'était pas convoquée conformément aux textes régissant l'AINV, parce que, a-t-il ajouté, leur association ne dispose pas d'un comité des sages, mais plutôt d'un comité d'honneur. A fortiori, a-t-il poursuivi, le comité d'honneur ne peut pas convoquer une assemblée générale et procéder à la suspension des membres selon les textes fondamentaux de l'organisation.

Alain Niki Niki et Serge Edgard Bonguelé ont appelé les autres membres, se trouvant sous la mouvance de Rock Akindou, de venir s'associer à eux en vue de préparer l'assemblée générale extraordinaire dont le but, a-t-il rappelé, est de mettre en place les nouvelles instances dirigeantes de l'AINV.

« Nos amis se sont trompés de voie. Cela peut arriver à chacun de nous. Nous les invitons à se ressaisir et à revenir sur la bonne voie. La démarche que nous avons entreprise s'inscrit dans le cadre de la réconciliation entre les membres de notre organisation qui ne parlent plus le même langage depuis un certain temps », a indiqué Serge Edgard Bonguelé.

Invité par les journalistes à certifier si les dissidents accepteront leur main tendue, Serge Edgard Bonguelé a signifié que le souhait de tous est de les voir revenir aux meilleurs sentiments. « Nous ne pouvons pas cultiver la division. Notre vision de l'Afrique se résume à son développement à travers les idées de ses femmes et de ses hommes leaders chacun dans son domaine. C'est cela notre vision. Ce n'est point le choix des hommes qui nous importe », a-t-il renchéri.

Interrogé sur l'existence actuellement de deux ailes au sein de l'AINV, Serge Edgard Bonguelé a répondu sans ambages qu'il n'y a pas deux AINV. Les journalistes ont voulu en outre savoir si les organisateurs de la conférence de presse sont les membres d'un comité ad hoc chargé de gérer la crise, les orateurs ont insisté qu'ils sont simplement les membres du bureau exécutif national.

Congo-Brazzaville

Mvouti - Une fondation d'entraide et de solidarité voit le jour

La sortie officielle de la Fondation Julienne Angélique Pandhet Coussoud a eu lieu le 25 mars à Bilala… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.