18 Mars 2017

Sénégal: Podor - Des partenaires révolutionnent les pratiques agricoles

Dakar — Quelque 3.000 personnes dont 75% de femmes, du département de Podor (nord), ont été formées à l'agroforesterie, à la production d'engrais organiques et à la transformation de produits agricoles, a-t-on appris, samedi, à Dakar, des auteurs de cette initiative saluée de part et d'autre.

"Les bénéficiaires, au nombre de 3.000, ont appris aussi à améliorer les terres dégradées et appauvries", a souligné Ousmane Aly Pame, le président du Réseau pour l'émergence des écovillages du Sénégal (REDES), également maire de Guédé Chantier, une commune située dans le département de Podor.

M. Pame intervenait à une conférence de presse sur le thème : "Accroitre la sécurité alimentaire et la génération des revenus à travers le renforcement des capacités, l'agriculture durable et l'agroforesterie".

Un projet financé avec 150 millions de francs CFA, dans cette commune, a permis aux populations des villages de Guédé Chantier, Lahel, Moundouwaye et Diarra de produire des aliments biologiques sur une superficie de 24 hectares.

"Le projet leur permet de produire une nourriture saine et d'entretenir leurs cultures par des techniques propres, sans effets secondaires désastreux sur la biodiversité", a souligné Ousmane Aly Pame.

Une représentante des bénéficiaires de cette initiative de Guédé Chantier a salué les "bienfaits sanitaires et économiques" de cette "innovation".

"Nous achetions beaucoup d'engrais chimiques à des prix élevés, pour améliorer notre production. Mais avec cette nouvelle méthode, nous produisons nous-mêmes nos fertilisants", a témoigné Oulèye Ly.

"Nous fabriquons notre engrais avec des feuilles d'arbres, parfois avec du charbon et du miel. Vraiment tout est naturel, et il n'y a aucun impact sanitaire négatif sur les légumes que nous produisons", a-t-elle assuré.

Mme Ly rappelle que la consommation de légumes était sujette, avant cette innovation, aux inconvénients des engrais chimiques.

Cette nouvelle méthode agricole est une alternative aux cultures de rente qui résistent difficilement aux aléas climatiques, selon Nicolas Dupuy, le coordonnateur de l'ONG "Partenariat", qui intervient dans les activités socio-économiques dans le nord du pays, l'agriculture notamment.

"Les cultures de rente (tomate, riz, pomme de terre, etc.) sont toujours perturbées par les changements climatiques. L'agroforesterie permet d'avoir une production toute saine", a souligné M. Dupuy.

Selon lui, le projet que soutient l'ONG "Partenariat" permet de "renforcer les compétences sociales, économiques et écologiques des communautés, en plus de développer des compétences en agroforesterie (... ), transformation des aliments et commerce".

Cette innovation est le fruit d'un partenariat entre l'ONG britannique "Cifal Scotland", le REDES et "Partenariat".

Lancé en avril 2014, le projet a permis aux bénéficiaires du département de Podor de "régénérer l'écosystème fragile" de la zone, par des stocks de carbone, en empêchant la déforestation et en améliorant la biodiversité.

Le projet a permis aussi de protéger les ressources en eau et de réduire l'érosion, selon les partenaires.

Sénégal

La CEDEAO évalue ses dix ans d'expérience en matière d'assistance électorale, mardi

Cotonou, la capitale économique du Bénin, accueille, à partir de mardi, un atelier sur les dix ans… Plus »

Copyright © 2017 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.